#MeToo / Brise toi aussi le silence pour sensibiliser au consentement sexuel

Bonjour les Beautés, après des semaines d’étrange passivité, je me suis réveillée et je passe à l’action. Je ne suis pas ou plus une femme qui se tait et baisse les yeux. Je suis bienveillante envers moi et cela me donne de la puissance, donc je libère ma parole pour contribuer au phénomène et que les mentalités changent. Qu’on arrête de dire que les femmes exagèrent et que ce n’est pas grave. Qu’on comprenne enfin que sans un oui…. c’est NON ! Moi aussi je veux parler pour partager l’importance du consentement sexuel, alors je fais aujourd’hui mon #metoo ! J’espère que cela t’inspirera et te donnera aussi envie de passer à l’action.

L’exposition « Tu étais habillée comment ? »
qui montre que viol et vêtements des victimes n’ont rien à voir.

De nombreuses violences sont faites aux femmes et le simple harcèlement dans la rue n’est pas à prendre à la légère car c’est un peu l’arbre qui cache la forêt. N’oublions pas que la première cause de mortalité des femmes vient des violences conjugales, que chaque année des joggeuses se font tuées et que le « point du mari » n’est PAS une légende urbaine ! Malgré tout ça, ma vidéo n’a pas vocation à attiser une quelconque haine envers les hommes et je n’accepterai pas des commentaires insultants à leur égard car il ne faut pas généraliser. Il faut juste sensibiliser ceux qui en ont besoin. J’ai d’ailleurs envoyé cet article à la personne dont je parle en fin de vidéo.

Continuons maintenant à parler de la condition des femmes avec une vidéo très intéressante faite par un homme formidable ! Merci Abdel :-)

shadow-ornament

Like et partage vite pour que tes proches aussi prennent soin d'elles et de notre planète !
Prendre soin de soi et de la planète #greengirlpower

💋🍉 Pin-up Bio


17 Comments »

  1. delia dit :

    Merci beaucoup pour ce témoignage.
    Je me suis reconnue dans la plupart des situations évoquées : « frotteurs » pervers du métro, propositions sexuelles crues assénées la nuit, à des arrêts de bus par exemple, ou simplement lorsque je rentrais chez moi.
    Et ta dernière anecdote a également fait écho à un épisode similaire. Un petit ami à qui je dis non et qui se met à pester, se plaindre, se met en colère, m’explique que je ne suis pas normale… et je finis par accepter par culpabilité et pour mettre fin à toute cette violence. Je m’en suis énormément voulu, jamais je n’aurais imaginé accepter ce type de situation dégradant. Au final, j’ai l’impression d’avoir rejeté toute la faute sur moi. Pourquoi ne suis-je pas rentrée chez moi en appelant un taxi ? J’ai pu en parler à ce garçon après, lui expliquer à quel point je m’étais sentie forcée mais cela l’a vraiment offusqué. J’ai osé en parler à très peu de personnes, et n’ai pas trouvé de soutien d’ailleurs.
    Effectivement, il faut que cela cesse ! Bonne journée à toi.

  2. Fatiha dit :

    Bonjooouuur Pin up bio! Ah l’article et la vidéo qui tombe bien! À chaque fois tu fais mouche…. Trop forte. Je l’ai partager évidemment parce qu’ il faut que ça fasse du bruit! Il y a quelque chose que le jeune n’a pas au sujet de la révolution française. C’est les femmes qui ont prient la fourche et les torches pour faire cette révolution et je te le donne en mille! Ce sont les hommes qui s’en sont attribués tout le mérite.

    • Fatiha dit :

      Rebonjour. Je m’aperçois que mon premier commentaire n’était pas vraiment approprié au sujet. Ça me choque de voir que rien ne change de ce côté là. Presque 20 ans pour moi… 20 ans de violence de la part de mon père, insultes et humiliations, et je n’étais pas la seule malheureusement. Ma mère et les soeurs également. Ça c’est arrêté quand on a décidé de fuir pour se protéger. Un combat mené seules… tout quitter et repartir de zéro. Et ça laisse des séquelles. Et je souhaite que « cette banalité  » disparaisse…Et puis ça n’en ai pas une, ça n’est pas acceptable à qui que ce soit, pourquoi que ce soit. Jusqu’en 1975 la loi autorisée les hommes à battre leur femme….une autorisation à être violent 🙁 pourquoi? On a rien de différents des hommes, rien… alors #Metoo je veux briser le silence. (J’espère ne pas avoir était déprimante )

  3. Virginie dit :

    Bonjour! Bravo pour ton #meetoo. J’espere vraiment qu’un meetoo apres l’autre les mentalites evoluent. Plus jamais ca! Et si effectivement les hommes ne sont pas tous des harceleurs, je crains qu’il n’y ait que tres peu de femmes qui n’aient pas ete victimes. Tu as completement raison, ce n’est pas normal. Il est temps que les choses changent. Maintenant.

  4. Delphine dit :

    Moi aussi je me reconnais dans ces situations très fréquentes.
    Je mettais ça sur de la muflerie masculine….
    bon sang je les dédouanais de leurs attitudes intolérables à l égard des femmes.

  5. Josiane dit :

    C’est ça le pire. Les femmes sont tellement confrontées à ce genre de situation qu’elles finissent par croire que c’est presque normal, ou tout au moins inévitable…
    Merci PinUp Bio pour la sincérité de ton témoignage (hélas beaucoup d’entre nous ont vécu des choses similaire) et merci pour la vidéo d’Abdel si humoristique et si juste.

  6. Sabine dit :

    Bravo Pin-up Bio. Moi aussi je reconnais pleins de situations similaires à ce que j’ai pu vivre auparavant.
    Merci de ton témoignage. Je le partage aussi.
    Bises

  7. Chiche dit :

    Je suis très émue par ton témoignage. Bravo d’avoir trouvé le courage de faire cette vidéo. Merci. (Rien à voir : jolies lunettes, elles te vont bien ^^)

  8. Maryline C dit :

    Coucou, merci pour ton témoignage. Tu es très courageuse. Je suis émue et choquée par tes propos. Comment est-ce possible dans notre société soit-disant évoluée? Ce qui est le + choquant pour moi, c’est la passivité des personnes qui sont présentes au moment des faits. Ça me fait très peur. J’évite de devoir rentrer seule le soir chez moi, je prends toujours ma voiture ou m’arrange pour dormir sur place. Je fuis toute situation pouvant m’amener à ce genre de problème. Ce n’est pas normal non plus. Je ne me sens pas libre et détendue.

  9. Muriel dit :

    Bravo pour ton courage. Pour avoir réussi à mettre des mots sur l’intolérable. Moi, je n’y arrive toujours pas. Ils restent bloqués au fond de ma gorges. J’ai toujours ces images devant les yeux, les odeurs, son odeur, sa voix. J’ai réussi à en parler à mon mari mais juste en appelant ça « un truc qui m’est arrivé ». Sans lui donner de détails bien sûr. Je n’arrive toujours pas à verbaliser. Alors, bravo. Bravo pour ton courage, pour tes mots et ta bienveillance.

    • vallet dit :

      juste quelques mots qui me viennent suite à ta vidéo pleine de courage, d’authenticité. Bravo à toi. Ton partage rejoint notre besoin à chacun (enfant, ado, adulte, personne âgée, homme, femme) d’être RESPECTEE et c’est tout simplement VI TAL.Ca me fait penser à d’autres situations où il y a un manque de respect, comme par ex les blagues ou discussions où il y a de la vulgarité, où à priori, tout le monde rigole, et bien non, là je dis NON, c’est juste complètement nul. Et accepter d’en rigoler, alors que le coeur n’y est pas, c’est ne pas oser montrer que l’on n’est pas d’accord. Alors soyons courageux, soyons respectueux de ce qui est beau. Et l’Amour, c’est beau, avec le corps, avec le coeur. Merci à toi d’avoir ouvert la porte du partage. Ensemble, nous oserons plus.

  10. Audrey dit :

    Bravo pour ce témoignage plein de courage.
    Je pense que ça du être une telle épreuve de faire cette vidéo et de raconter ces horribles souvenirs… Je suis très touchée par ton témoignage et je réalise à quel point cela peut inspirer
    d’autres femmes victimes aussi, à libérer la parole.
    Personnellement, je suis toujours restée silencieuse car il y a ces sentiments de honte et de culpabilité qui restent.
    En partageant et en dénonçant ces actes impardonnables, cela nous donne de la force, pour sûr. Et une impression d’être « toutes des sœurs » …

  11. Christine dit :

    Merci chère Pin-Up et merci Abdel.
    Ce qui me frappe dans ces violences c’est l’abus de pouvoir, de force ou d’autorité. C’est inacceptable, que ce soit envers les femmes, les hommes ou les enfants.
    Étudiante, j’ai arrêté de porter des robes en rue, par lassitude de me faire interpeller ou siffler à chaque coin de rue. 10 ans plus tard j’adopte toujours le pantalon à l’extérieur.
    Je me souviens aussi des remarques vulgaires d’un maître de stage. Il faisait passer cela pour de l’humour.

  12. Emma dit :

    Tout comme vous j’ai été confrontée aux mêmes situations (harcèlements de rue, contacts inappropriés, arrêts d’automobilistes qui insistent pour te faire monter dans leur voiture, insultes etc). Lorsque j’en parlais, j’avais toujours droit aux remarques du genre « si on a plus le droit de dire à une femme qu’elle est belle… ». Bien entendu, rien à voir ! Beaucoup d’hommes, malheureusement ne semblent pas comprendre que nous ne sommes pas que des êtres faits uniquement pour le soulagement de leurs pulsions. Excusez-moi l’expression mais nous ne sommes pas des va**ns ambulants à leur disposition. Nous sommes des personnes à part entière douées d’une personnalité qui nous est propre, d’émotions, de désirs, d’ambitions etc… nous nous appartenons à nous-même et à nous seulement. Malheureusement certains hommes ont beaucoup de mal à intégrer cela, ils ne se rendent pas compte qu’en nous rabaissant au statut d’objet sexuel, ils portent atteinte à notre intégrité, ils s’approprient physiquement ou verbalement un droit sur nos corps, ils sont en train de nous agresser. Ceci n’est que mon avis. Le mouvement #MeToo est selon moi un très bon moyen de faire prendre conscience aux hommes que leurs actes, loin d’être anodins, peuvent être lourds de conséquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *