Faut-il s’épiler ? Remise en question d’une violence ordinaire

femme-epilation

Bonjour les Beautés, voici un article que j’aurais bien aimé trouvé plus jeune sur internet, alors je sais qu’il est perturbant mais on ne peut pas continuer de faire comme si de rien n’était, il faut au moins soulever la question. On ne peut pas dire, il faut s’occuper de son corps pour être en harmonie, être à son écoute et reconnaître sa beauté naturelle… sauf pour les poils, là, faut souffrir parce que sur une femme c’est juste dégoûtant. OK, donc en gros, à l’état naturel, on est dégoûtante ? Est-ce un message d’amour et de respect de mon corps que j’ai envie de faire passer à la petite fille au fond de moi ?

Je n’ai jamais aimé les poils, je trouve ça carrément moche et très loin des Pin-ups que j’aime. Du coup, j’ai toujours fait très attention à bien m’épiler les jambes, le maillot et les aisselles pour avoir une peau parfaitement lisse. Évidemment, très vite ma peau s’est abîmée, j’ai eu des irritations, des poils incarnés… enfin les lots habituels de toute femme qui s’épile, sans oublier la souffrance, l’argent dépensé et l’angoisse de la repousse. Bref une lutte impitoyable qui devenait quotidienne lorsque j’étais en couple, pas question en effet d’inspirer le moindre dégoût à chéri d’amour.

Pin-up en maillot de bain par Edward Runci ★ Art Vintage

Pin-up en maillot de bain par Edward Runci ★ Art Vintage

 

D’ailleurs, à propos de couple, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais tous les hommes que j’ai connus passaient à un moment ou à un autre leurs mains sur mes jambes (entre genoux et chevilles). À chaque fois j’ai l’impression de passer devant l’inspecteur des travaux finis. Dans ma tête, ça donne ça :  » Alors nous allons voir si cette jeune demoiselle s’est bien épilée… hum oui ça peut aller pour cette fois, mais attention au relâchement, vous pourriez provoquer chez votre partenaire un dégoût imminent ! !  » Du coup avec cette pression, c’est super pas agréable, le contact sensuel de la main sur la peau clairement… il peut repasser !

Je me souviens aussi qu’avec mon premier chéri, j’étais alors jeune et complexée, plutôt que de penser uniquement à l’extase et la fusion émotionnelle qu’il y avait entre nous, je pensais à quoi… dans le mille à mes poils, leur repousse et comment j’allais gérer la situation ! ! ! Le rejeter sous prétexte que je n’avais pas envie ? Ou encore prétendre avoir du travail pour ne pas se voir… pour en vérité attendre la repousse ? ! Nan mais je te jure…

 

★ Il était une fois le respect de soi…

 

Mais voilà (oula pas bien de commencer une phrase par « mais »), depuis le début de l’aventure de Pin-up Bio, je suis tellement en émerveillement face à cette vie qui anime ce merveilleux corps qui est le mien que je me suis vite dit : Houston, Houston, nous avons un problème ! ! !

Comment d’un côté s’émerveiller de ce corps qui travaille magnifiquement à chaque seconde pour me maintenir en vie, qui s’affaire tout seul à faire battre mon cœur, faire circuler des litres de sang, nourrir mes milliards de cellules et faire des milliers de choses dont ni nous-mêmes ni la science n’a la moindre conscience… et d’un autre côté, le mutiler sous prétexte que c’est moche ? !

Mutiler, mutiler, elle va un peu loin là ! Aujourd’hui, m’épiler les jambes ne me fait plus rien, je n’ai plus aucune sensation vu le nombre de fois que je l’ai fait, mais je me souviens très bien lorsque je me suis épilée pour la première fois à 13 ans. Comme j’ai fait de la GRS, on avait beaucoup de compétitions en justaucorps et très vite s’est posée la question des poils. À l’époque, la fameuse Cynthia qui faisait des sauts grand-écart qui duraient deux heures c’était moi (^-^)… enfin j’essayais parce que mes sauts bizarrement duraient beaucoup moins longtemps :-(

 


 

Et voilà, comment à 13 ans, après avoir utilisé pour la première fois mon épilateur électrique commandé pour Noël, j’ai pleuré dans ma chambre. C’est là où les mots MUTILATION et SOUFFRANCE prennent tous leurs sens.

Cet émerveillement, je le ressens aussi pour la Nature, je suis beaucoup plus dans la contemplation qu’avant et c’est un véritable bonheur car à chaque fois, c’est une énorme bouffée de bien-être qui se termine souvent dans un soupir d’extase et une pensée comme  » Ah c’est beau la vie !  » Mais là aussi deuxième problème, cette Nature si belle, c’est elle qui m’a mis des poils, ils ont donc un intérêt.

J’en étais là de ma réflexion quand je suis tombée sur cette vidéo « le poil, ce mal-aimé » de Julien sur son blog Inspiration Naturienne, très complète qui explique bien la fonction des poils même au niveau sensuel. Alors oui, moi aussi je me suis dit au début  » C’est quoi ce mec tout droit sorti d’un remake de la Guerre du feu « … puis à la fin je n’avais qu’une envie, c’est de toucher sa barbe :-p. Bref une vidéo à regarder jusqu’au bout ! ! !

 

 

★ Petit résumé de la vidéo
Oui, le poil a une utilité dans le fonctionnement de notre corps !
Épilez-vous intégralement le maillot et vous verrez Madame Inconfort et ses copines Madame Irritation ou même Madame Mycose venir vous rendre visite :-p
Oui, le poil a une utilité dans la relation avec un partenaire… et même plusieurs !
Notre opinion sur les poils n’a rien de personnel, c’est un conditionnement social ! 
Sinon comment expliquer que dans certaines cultures, les femmes s’épilent et trouvent moche le poil et dans d’autres cultures ?
Non, la femme n’est pas moche ou dégoûtante par nature !

Bon là, je me suis pris une grosse claque et la lutte entre la Pin-up épilée et la Pin-up pas épilée a commencé dans ma tête : oui… mais non… ce n’est pas possible…. oui mais ce n’est pas bien… (O-0 !)

 

★ Et si on s’aimait telle qu’on est ?

 

J’avoue, pour le moment je vais continuer à m’épiler mais depuis quelques années, j’ai déjà mis un gros holà. En fait, je m’épile presque seulement l’été, tout l’hiver mes petits poils sont en sécurité dans leurs collants opaques et mes belles cuissardes sexy, et je ne vous dis pas comment j’ai de belles jambes avec une peau de bébé :
★ plus aucun poil incarné
★ plus de rougeur
★ plus de petits points gris quand je me rase
★ plus AUCUNE cicatrice (sauf piqûre d’insecte :-p)
★ plus de jambes sèches façon crocodile

Mon souci à l’heure actuelle n’est pas l’esthétisme mais l’amour et le respect de mon corps. C’est exactement la même chose que le maquillage, j’en mets pour faire joli mais cela ne veut pas dire que sans, je suis moche. J’ai déjà fait énormément de progrès à ce sujet en quelques années. Alors qu’il y a encore deux ans, je ne sortais pas sans un minimum de mascara et anti-cernes, je sors à présent sans rien de chez rien \(^-^)/ Mon regard sur moi-même a complètement changé, et bizarrement les réflexions des autres personnes aussi. Avant, lorsque je ne me maquillais pas, c’était tout de suite : « Ça va ? T’es fatiguée » et aujourd’hui, c’est plutôt « Tu es rayonnante », nota bene j’ai toujours mes cernes :-p

Bref, c’est pareil pour les poils, je ne veux plus avoir de dégoût envers moi-même parce que mes jambes ne sont pas épilées. 

 

★★★ Qu’en pensent les hommes ?

J’ai demandé à deux hommes autour de moi et leurs réactions étaient totalement opposées. Bizarrement, le plus âgé (36 ans) m’a répondu par un « Beurk les oursins sous les aisselles et les jambes qui piquent ah non alors ! ! ! », alors que le plus jeune (28 ans) est plutôt du genre « Bah non c’est naturel, faut pas se mettre la pression, c’est même doux si on laisse pousser ».

On termine sur une note d’humour en chantant « Le poil est un être vivant, il ne demande rien, il veut pousser tout simplement… » :-p. Merci à Lou, et on poursuit la discussion ici avec Comment être sexy avec ses poils ?


 

Vous non plus, vous ne voulez plus avoir un regard de dégoût sur vous ? Que pensez-vous de tout ça ?
Vous embellissez la planète par votre présence et vos actions… alors BRAVO !


126 Comments

  1. Mini dit :

    Ahhh je suis tellement contente que tu en parles ! Il fallait que ça sorte quelque part dans la blogosphère beauté et je suis tout à fait d’accord avec toi. J’ai vu deux fois la vidéo de Julien et c’est vraiment hyper intéressant et complet.

    « Notre opinion sur les poils n’a rien de personnel c’est un conditionnement social ! »

    Absolument ! Et c’est finalement ce conditionnement qui est difficile à combattre, remettre en question ces « principes » acquis depuis la petite enfance. Bravo pour cet article, c’est vraiment super !

  2. Chattabatta dit :

    Je ressens exactement la même chose. J’ai toujours dit : mon plus grand problème, ce sont ces fichus poils !! J’ai envié à moultes reprises les femmes noires et métisses sans poils. Et souvent, l’homme de ma vie me demande de me concentrer davantage sur le plaisir que nous partageons plutôt que de chercher à avoir des jambes parfaitement lisses. Merci pour cet article cher Pin-up Bio

    • Pin-up Bio dit :

      Waou merci beaucoup pour ce magnifique témoignage et bravo à ton chéri qui sait où se trouve l’essentiel 🙂

  3. Cecile dans les nuages dit :

    Bonjour Pin-up Bio! Merci pour ce billet 🙂
    Il fait écho à ma propre expérience des derniers mois: j’ai cessé de m’épiler aisselles et maillot à la fin de l’été dernier, car je n’en pouvais plus de souffrir chaque mois, sans compter la repousse très difficile; j’étais décidée à passer sous un laser afin de tenter d’en finir plus (ou moins) radicalement. Las, si je suis très blanche de peau, j’ai aussi les cheveux vénitiens, et la rousseur n’est pas recommandée pour une telle « opération »! Snif… Malgré cela, j’ai pour l’instant décidé de mettre ma peau en hivernage ^^ en laissant mes poils tels quels – petites tailles régulières tout de même. J’y vois un bel exercice pour me départir de mon conditionnement sociétal, de la même manière que je me réapproprie ma « beauté » en sortant parfois sans maquillage à Paris (le truc de dingue! 😉 ) .
    Belle journée à toi!

    Ps: Et l’homme qui m’aime depuis quatre années n’a pas éprouvé le moindre dégoût! Après tout… j’aime ses poils aussi 😉

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ce super témoignage, pour ma part je suis blanche avec des poils bien foncés et du coup j’ai fait de la lumière pulsée sous mes aisselles il y a longtemps, on peut dire que j’ai douillé, quelle torture… à en avoir des nausées !! Et puis on ne sait pas les risques pour toutes ces méthodes, je suis sûre que dans 10 ans ils vont nous dire oups c’était toxique. On est vraiment des cobayes ! Bravo à toi de respecter ton corps (^-^) !! Oui il faut aussi le dire aux hommes : on aime vos poils ne commencez pas à vous épiler comme nous. Bonne soirée ma belle 🙂

  4. Lou dit :

    Une petite chanson rigolote pour défendre le sort de ses pauvres poils…
    http://www.youtube.com/watch?v=pF38HM-g_Tk
    Malheureusement la manie de l’épilation ne fait que s’étendre. Si même les hommes s’y mettent (manscaping), il deviendra de plus en plus difficile de vouloir s’en passer…

    • Pin-up Bio dit :

      Mdr 😀 merci beaucoup t’es super, je l’ai ajouté à l’article (^-^) Note aux hommes : on vous aime poilus !!!

  5. Sirène Bio dit :

    Je comprends ton questionnement et ton envie de déconditionner les esprits ! Perso, je me souviens avoir côtoyé des « femmes » des « mamans » à l’époque, qui portaient les poils sous les aisselles, les jambes et ça dépassait même un peu du maillot de bain sur l’entrejambe… bes, non, j’ai po trouvé ça sexy et attirant…J’ai moi même une fois testé, et en effet j’ai pas aimé non plus « me » caresser les jambes poilus 😉 Mais n’empêche que c’est vraiment pénible « comme gestion », c’est clair ** Bisous ma beauté **

    • Nnewïam dit :

      Ma mère ne s’épile pas, et quand elle part au boulot en débardeur, ben on voit des poils. Idem à la piscine, ça dépasse du maillot. ET ALORS ? Elle n’en a strictement rien à faire, c’est mon héroïne number one 🙂 D’ailleurs j’ai l’impression que de moins en moins de gens y prêtent attention 🙂

      • Sirène Bio dit :

        Joli partage Nnewiam 🙂 Si les gens changent de regard, c’est super 🙂

      • Pin-up Bio dit :

        Oui l’attitude y fait beaucoup comme lorsqu’on a un complexe on attire malgré nous les regards là où on ne veut pas. Merci pour ce témoignage et bravo à ta mère 🙂

      • Marchesa dit :

        Bah, si elle ça ne la dérange pas j’ai envie de dire tant mieux… mais quid du poil qui flotte dans la piscine par exemple ?
        Et puis, un poil protège p’tet la peau Oui, mais c’était pour une époque où les vêtements n’était pas encore aussi performant que les nôtres. (Evolution touçah, au fur et à mesure on en a de moins en moins, pas à cause de l’épilation mais… des fringues ! ) Aujourd’hui le poil n’a guère plus de réelle utilité (a moins d’être naturiste h24 365j/365). Il n’est pas dégoutant en soit, non c’est la prolifération bactérienne qu’il facilite qui l’est : Odeurs, et autres cochoncetés, donc oui, c’est pas ragoutant. Alors quand on en croise un qui n’est pas à nous dans la piscine municipale, quand tu vois ce que ça développe / retient… (Je parle aisselles et maillot principalement) Birk.
        Enfin moi je le fais à la cire, (bon ok j’ai une formation d’esthéticienne lol) et je ne me fais pas mal, c’est même un instant beauté comme me cocooner. J’utilise une cire végétale de chez Perron Rigot qui respecte ma peau. J’ai déjà épilée les aisselles de copine qui ne faisait que raser, et ça ne lui a pas fait mal non plus. Il y a des techniques pour ne pas agresser sa peau ! Mais si j’arrête de m’épiler ou si je rase, je transpire +, ça sent plus facilement mauvais (rapport aux bactéries pas cool qui pullulent)
        C’est sur que c’est de l’entretien, mais je n’en fais pas une obsession non plus. Je vais pas me jeter sur le rasoir / cire / autre machins si j’en ai un ou 2 🙂
        Il faut un juste milieu selon moi ^^ Je m’épile quand j’y pense, et si j’en ai envie. Je suis maitre de mes poils et c’est pas l’environnement ou les gens qui vont me dicter mon rythme épilatoire :p
        Voilà ça c’est ma manière de voir les choses 😀

      • Nnewïam dit :

        Tu vois, le gros problème de ton argumentaire c’est que tu te contredis toi-même 🙂 Tu commences avec un joli « tant mieux », sous-entendu qu’elle fasse ce qu’elle veut… pour finir sur « il faut un juste milieu » ^^ Donc pour toi, qui t’épiles, les gens n’ont pas à te dire ce qu’il faut faire ; en revanche, pour les gens « sales » qui ne font rien, c’est un peu abusé, il faudrait ce fameux « juste milieu » =D Euh… non ? ^^

        Autre chose : les odeurs et « cochoncetés », ça vaut pour les gens qui ne se lavent pas 🙂 Tu es ici victime du fameux lavage de cerveau décrit dans le fabuleux livre de Stéphane Rose, donc voici une critique par la non moins fabuleuse Maïa Mazaurette : http://www.gqmagazine.fr/sexactu/articles/envers-et-contre-poils/11015
        Le poil n’est PAS sale. Il ne véhicule PAS de saletés puisque nous nous lavons =D On n’est plus à la Renaissance ou sous l’Ancien Régime hein ! ^^ Enfin, tu donnes l’exemple des vêtements… effectivement, quel meilleur exemple que les culottes en polyester de chez H&M, qui sont certes fort mignonnettes mais qui favorisent la sécrétion de sueur et autres bactéries, poils ou pas poils 😉

        Allez, sans rancune, mais pense un peu aux autres qui ne s’épilent pas et qui n’en ont PAS envie =D

      • Marchesa dit :

        Alors je vais répondre t’inquiètes pas :p Ceux qui ne veulent pas, ils font ce qu’ils veulent. Tu parles de conditionnement ? En quoi ? C’est facile de juger sans connaitre, j’ai des formations et je sais clairement de quoi je parle. ^^ J’ai déjà vu des photos / portrait de personne avec des poils sous les bras, je trouve ça beau. Le tableau l’origine du monde serait vachement moins beau sans poil également. (Ah bah oui, le poil fait partie de notre culture contrairement à ce qu’on pense… tout le monde n’est pas conditionné par les trucs photoshopés. J’ai été graphiste et j’en ai photoshopée des nanas… donc bon, ça me choque pas les poils xD j’en ai viré un paquet)
        Donc si je reprends tes propos ‘-‘ : tu te laves donc tu es ‘stérilisée’ ? Bah non, ça fonctionne pas comme ça… désolée mais c’est une zone moite et humide que cette muqueuse et le dvp microbien / bactérien se fera quoi que tu fassesl. Sinon je te conseille de te laver h24.
        De plus un poil est un phanère, au même titre qu’un cheveu : Certains sont poreux (même beaucoup ^^ )… Je te fais pas de dessin !
        Je parle des vêtements, je porte que du coton 😉 H&M ne passe pas par moi, je fais attention à ce que je porte / achète… J’ai une éthique dans ma vie et dans mon boulot lol . Le polyester etc provoque une macération supplémentaire. Mais à moins d’avoir des grandes lèvres open space qui laisse circuler l’air quand on a les jambes fermées, pas de sous vêtements et une robe, il y a aussi une macération de base, qu’on soit propre ou non. Les pieds sont bien plus propres que le frifri :p
        Les mymy sont également provoqué par des vêtements trop serrés tel que le jean. Poil ou non poil, ça dépendra des gens.
        Quand je parle de demi mesure, je ne parle pas d’épilation intégrale. Pas de tout ou de rien, juste un entretien comme on peut avoir pour ses cheveux.
        Un poil en lui même c’est pas sale non j’ai jamais dit ça. C’est ce qu’il y a autours et ce qu’il favorise comme je le redis. ça coute quoi un coup de tondeuse pour limiter la taille et la macération ? J’parle pas de devoir virer ses poils mais de ‘tailler’ comme on coupe ses cheveux et qu’on les coiffe. (Bah quoi c’est des poils aussi hein !! xD)

        Sinon, dans la démarche du même genre : pourquoi te laves tu ? C’est pas naturel. Le FHL de ta peau est aussi très important et à chaque douche (que tu utilises du bio ou non) tu le défonces… La peau sèche c’est aussi à cause de ça… (sans compter le calcaire dans la flotte etc pauvre peau…)
        Pourquoi se coiffer ? se colorer les cheveux ? ça agresse le cuir chevelu, les cheveux etc.
        C’est un plaisir… mais c’est pas 100% naturel non plus…

        Tu comprends mieux mon point de vue ? :p

      • Pierre dit :

        Aujourd’hui le poil n’a guère plus de réelle utilité (a moins d’être naturiste h24 365j/365).

        Que du contraire. Nos poils sont bien plus utiles que ce qu’on entend partout. Ceux des aisselles par exemple permettent aux ganglions lymphatiques de ne pas trop chauffer en permettant l’évaporation de la sueur plus rapidement. Ils évitent aussi la friction et favoriseraient la diffusion des phéromones.
        Les poils pubiens féminins protègent de plusieurs problèmes et bcp de femmes ayant tenté l’intégrale se sont chopé des mycoses, cystites, poils incarnés, etc. Les gynécologues ne sont d’ailleurs pas favorables au rasage intégral de cette zone très sensible. Des microcoupures peuvent en effet s’infecter, chose qu’on ne risque pas si on garde ses poils. Et l’humidité de l’endroit, combiné à l’absence de circulation d’air ne peut qu’être une source de problème. Certes, toutes les femmes n’ont pas ces inconvénients mais elles sont nombreuses et on n’en parle pas chez les esthéticiennes,

        Sinon, on voit bien que vous n’avez pas vu de naturiste depuis au moins 10 ans. 99% d’entre eux (femmes et hommes) n’ont plus aucun poil, ce qui est un paradoxe pour des gens soi-disant proches de la nature.

        Il n’est pas dégoutant en soit, non c’est la prolifération bactérienne qu’il facilite qui l’est : Odeurs, et autres cochoncetés, donc oui, c’est pas ragoutant.

        Euh non. Je suis un homme, je ne me suis jamais rasé les aisselles et je n’ai pas de problème grâce à la pierre d’alun que j’utilise une fois par jour : jamais d’odeur et moins de transpiration. Pourquoi devrai-je enlever mes poils puisqu’ils ne me dérangent pas et sont même utiles ?
        D’autre part, les poils ne favorisent pas la « la prolifération bactérienne », les bactéries sont présentes aussi sur les peaux glabres. Il suffit d’être propre, d’utiliser la pierre d’alun ou d’autres solutions écolo et les poils des aisselles ne posent aucun problème. D’ailleurs, les personnes qui s’enlèvent les poils continuent à se laver, c’est la preuve que ce ne sont pas les poils le problème. Par contre, je croise parfois des femmes glabres mais qui sentent la transpiration. Je pourrais donc en conclure l’inverse de vous : c’est qu’on sent bcp plus sans poils.
        Et ce que vous dites sur l’odeur quand ça repousse, c’est parce que vous ne les laissez pas repousser jusqu’à leur longueur maxi (8 semaines environ). Bcp de femmes ayant laissé pousser assez longtemps disent que l’odeur n’est plus du tout la même qu’après 2 ou 3 jours de rasage, l’odeur serait due à l’élimination de toxines.

      • Marchesa dit :

        C’est très mal me connaitre que de penser que j’attends 2-3jours. Déjà, j’épile à la cire, je ne rase nul part sur moi. Je suis contre le rasage de part les micro lésion, les poils incarnés et autres désagrément qu’il provoque. Donc je suis obligée d’attendre une repousse. De plus, j’ai souvent un peu la flemme… Donc non, c’est pas une unanimité vos propos également. Chacun est unique et il n’existe pas de solution unanime dans son hygiène / soin de beauté.
        Chez les esthéticiennes, si si, on en parle 😉
        J’ai fais de l’intégral, jamais eu de soucis de mycose… c’était plutôt le contraire. Quand j’ai des poils longs> mycoses et compagnie qui m’ennuient. La tondeuse pour une coupe (sans épiler) est un bon compromis je trouve. Je n’aime pas non plus me faire souffrir inutilement, l’intégral c’est pas pour moi, un maillot simple (parce que c’coincer le poil dans la culotte c’est reloo.)
        Le poil ne facilite pas spécialement l’évacuation de la sudation puisqu’il facilite la prolifération bactérienne. Comment peut-il aider à l’évaporation si il favorise la macération ? Il y a déjà un problème. Il faudrait trouver des études sérieuses qui compare les deux, je ne suis pas sure que ça ai été fait.
        Pour ma part, je reste dans l’idée qu’un poil est poreux, et que même si on se lave et qu’on mets de la pierre d’alun, ce n’est pas ce qu’il y a de plus hygiénique. Mais chacun sa vision des choses non ? Tant qu’il n’y aura pas d’études…
        C’est comme les gens qui n’aiment pas les pieds, pourtant c’est une des zones les plus propre du corps !

        La pierre d’alun j’y suis allergique… dommage ^^ je ne supporte aucun déo naturel à l’heure actuelle (hélas.. je ne désespère pas de trouver une solution)
        Pour ma part je ne suis pas partisane du tout ou du rien, je l’ai déjà dit. Mais le poil n’est pas non plus la chose la plus efficace et utile du corps humain. Les phéromones désolée mais… Ce pauv’ ti poil peut en diffuser autant qu’il veut, un mec avec la touffe (je parle pas d’épilation non plus, mais au moins d’entretenir), je n’aime pas.

        Je n’ai jamais vu de naturiste, désolée 🙂 Mais je n’ai jamais dis qu’ils avaient des poils, il ne faut pas me faire dire ce que je n’ai pas dit 😉

        Après, comme je l’ai dis, c’est mon avis, je ne suis pas là pour faire changer les gens, chacun sa vie, je donne juste mon point de vue ! Si les gens ne veulent pas s’épiler, libre à eux, mais c’est comme je le disais : Au même titre qu’on se coupe les cheveux, qu’on les coiffe, pourquoi pas les poils également ?

      • Pin-up Bio dit :

        Merci beaucoup Pierre pour ces généreux retours et bravo pour ton site, l’amour et le respect du corps de la femme dans son intégralité (^-^). Je suis d’accord avec toi le poil n’est pas sale, n’est pas le vecteur d’odeur et est un grand protecteur de la peau dont les muqueuses. Par contre attention à la pierre d’alun, la synthétique est toxique et même la pierre d’alun naturelle apparemment est potentiellement toxique je te conseille plutôt ça http://www.pinupbio.com/le-meilleur-deodorant-est-naturel/ 🙂

      • Pierre dit :

        Pour la gestion des odeurs, 2 sites avec des solutions écolo

        http://antigonexxi.com/2012/05/03/un-deo-naturel-en-5-minutes-chrono-pari-tenu/

        http://bit.ly/12hTWWq (Raffa Grand Ménage)

        Il faut aussi distinguer les odeurs que nous produisons en état de stress et celles émises lors de l’excitation sexuelle. Celles-ci sont aphrodisiaques et les poils jouent alors un rôle dans la dissémination de ces odeurs.

        Les personnes vegan/ vegeta*iennes que je connais disent que leur odeur est différente (moins forte) à cause justement de l’alimentation non carnée.

        je reste dans l’idée qu’un poil est poreux, et que même si on se lave et qu’on mets de la pierre d’alun, ce n’est pas ce qu’il y a de plus hygiénique

        La tondeuse pour une coupe (sans épiler) est un bon compromis je trouve

        Ces 2 phrases sont contradictoires. Quand on passe la tondeuse, il reste au moins 3 ou 6 mm, il me semble. Donc en quoi un poil de 6mm est plus hygiénique qu’un poil de 3 cm ?
        Pour la macération éventuelle (que je n’ai jamais vécu pour les aisselles en tout cas), je suppose que vous parlez des poils pubiens mais c’est à cause des vêtements, ça n’a rien à voir avec les poils eux-mêmes. Et la transpiration sur une peau glabre mettra plus de temps à s’évaporer que sur une peau poilue, simple logique « calorifique ».

        La comparaison avec les cheveux est bancale. Ceux-ci ne cessent de pousser, il y a donc un moment où il faut les couper, sans quoi, ils gênent. Les poils du corps (hormis la barbe), cessent de pousser quand ils ont atteint leur longueur maxi. Il n’y a donc aucune nécessité de les couper, si ce n’est pour des raisons esthétiques (donc subjectives).

        Pour l’utilité des poils, voici ce que disait le paléoanthropologue Pascal Picq, au début d’un docu consacré aux poils en 2011.

        Il y a une croyance bien entretenue qui dit que l’homme est un animal qui a perdu ses poils. Or, pas du tout, nous avons une autre pilosité qui est, il est vrai, assez différente que celles des espèces les plus proches de nous, notamment comme les chimpanzés et les autres singes.

        Concernant le naturisme, taper le mot dans Youtube ou DailyMotion donne accès à plein de vidéos où l’on voit bien que les femmes n’ont plus aucun poil sauf sur la tête

      • Pin-up Bio dit :

        Lol le poil qui flotte… il y a aussi les cheveux qui flottent dans la piscine 😉 Au contraire mais ça déjà été dit précédemment le poil a une grande utilité je vais d’ailleurs en reparler dans le prochain article 🙂 Merci pour ton retour 🙂

      • itO dit :

        Ah la la, désormais dans les débats on se confronte presque systématiquement à un point… Pasteur, on va dire (lol) : à un moment donné les arguments avancés sans l’aval d’une étude scientifique sont rejetés.
        Le souci c’est qu’il y a autant d’études contradictoires que d’intérêts à défendre. Par exemple, des études prouvent par A+B que les OGM et les pesticides sont totalement inoffensifs. Personnellement je préfère en référer au bon sens pour me faire une opinion.
        Tout ce qui constitue notre corps, la nature sauvage et les écosystèmes a une utilité. Il n’y a pas d’éléments nuisibles. C’est juste que certains d’entre eux ne servent pas la cupidité de certains individus, et d’autres beaucoup trop.
        Comparons le poil et le sans poil sous l’angle du commerce. Lequel des deux permet de vendre des séances, des abonnements, de machins électriques et des bidules à la cire et lequel ne fait rien vendre ?
        Il y a donc un enjeu économique à remettre en cause la présence du poil, gratuite et spontanée. Ainsi qu’une posture politique à revendiquer son intégrité, à égalité les uns avec les autres.
        @Marchesa : En tant qu’esthéticienne tu es bien placée pour le comprendre.
        De plus ce que tu dis est passablement confus par endroit : le poil n’est pas un refuge pour bactéries, ou plus exactement il participe à une flore bactérienne naturelle de toute la peau et les muqueuses dite commensale, c’est à dire qui protège au contraire des agressions bactériennes pathogènes. Le poil n’est pas non plus poreux comme tu l’entends, il ne serait pas nécessaire sinon d’utiliser des écarteurs d’écailles pour le colorer chimiquement.
        Tu doutes encore de son utilité ? Voyons ça : le poil est associé à une glande sébacée qui le lubrifie (souplesse et brillance) et se dérégule en son absence. Sur les aisselles il est lié à une glande sudoripare spécifique (plus grande) d’où la sueur glisse et s’évapore ainsi facilement, sur tout le corps à des muscles horripilateurs chargés d’une thermorégulation (chair de poule), et enfin il forme un coussinet anti-choc (pubis), un filtre anti-poussière (nez) et une barrière anti-bactérienne (pubis et aisselles). Et tout ça à la fois pour la barbe.
        Il est poreux uniquement dans le sens qu’il absorbe des toxines contenues dans l’organisme afin de les éliminer. On parle d’ailleurs de « mémoire du poil » en médecine légale.
        Voici là plusieurs aspects du poil qui m’apparaissent essentiels, n’est-il pas 🙂 ?
        Le retour au naturel étant tendance, quand on veut absolument s’appuyer sur ce qu’en disent les blouses blanches, on peut déjà lire que l’épilation du maillot est nocive et que porter une barbe permet d’être en meilleur santé. Bientôt je suis sûre qu’on lira la même chose concernant les aisselles.

      • selima dit :

        En fait, pour ce qui est de la fonction du poil à notre époque, je ne sais pas s’il en a vraiment une (au niveau de la vulve sans doute, du reste aucune idée)
        PAR CONTRE, il est intéressant d’étudier « l’architecture » de notre peau : autour du poil, il y a des glandes sébacées, qui servent à le lubrifier. Et ce n’est pas tout : ces glandes jouent un rôle essentiel dans l’hydratation de votre peau, son équilibre naturel. Tout ça, grâce au sébum qu’elles sécrètent! Le sébum joue un rôle protecteur pour notre peau, contre les agressions.

        Et une peau protégée et équilibrée est une peau qui vieillit moins vite, on le sait toutes! =)
        Or l’épilation provoque l’inflammation de la zone : en réponse à l’arrachage du poil et à l’étirement de la peau, votre corps va sécréter tout un tas de molécules qui vous donneront ces sensations de chaleur et douleur avec rougeur et léger gonflement sur la zone épilée (de là cette sensation d’irritation, qui va durer plus ou moins longtemps selon la sensibilité de la peau). L’inflammation est à la base un mécanisme de défense qui vise à éliminer l’agresseur s’il y en a (microbe)et à réparer les tissus abimés (ici la peau). Et c’est très efficace ! (Le corps est très bien fait ! ^^)
        Mais ce cocktail de molécules perturbe le fonctionnement de nos petites glandes sébacées (le temps que la peau soit « réparée »).

        On comprend mieux pourquoi une peau épilée est plus fragile et sèche au final.

    • Pin-up Bio dit :

      Ah le conditionnement… c’est puissant mais avec le temps ça vient 🙂 Plus jeune je me souviens les mecs qui portaient la moustache c’était ridicule, genre mec ringard échappé des 70’s… maintenant c’est super hype. Bisous ma Sirène 🙂

  6. Coucou ! C’est marrant je suis en ce moment en pleine réflexion sur l’épilation.. Ça fait plusieurs années que je m’épile et ça ne me posait aucun problème car c’était la « norme » mais depuis quelques mois ça m’embête de plus en plus, la douleur, les poils incarnés que je n’avais jamais eu auparavant,les repousses, se prendre la tête pour laisser repousser avant d’épiler blablabla et surtout récemment la mauvaise expérience de l’épilation du maillot chez l’esthéticienne qui m’a carrément fait souffrir et donner le vertige alors que je ne suis pas douillette.. donc au lieu de m’infliger tout ça inutilement je suis récemment repassée au rasoir … aucune douleur, respectueux de la peau si on fait attention à ne pas se blesser ,c’est rapide, et vu que ça pousse assez rapidement plus de prise de tête pour re raser peu de temps après.. et pareil en hiver je ne fait plus une fixette sur les poils je les laisse tranquille quand ils peuvent rester uniquement en ma compagnie ^^ .. même si on a toujours entendu que le rasoir  » c’est pas bien « ,  » t’es folle de te RASER , ça repousse encore plus épais  » ( ce que je finissais par penser à une période ) bah tout bien réfléchi je trouve ça plus sain que l’épilation et puis au final c’est nos poils qu’on affine à force de les épiler et pas vraiment le contraire ! Et sur le long terme je pense que l’épilation risque de provoquer un relâchement de la peau , à force de la tirer sauvagement la pauvre …

    En tout cas super que tu en parles , bonne journée 🙂

    • Pin-up Bio dit :

      Coucou, tu fais bien d’en parler, moi aussi la souffrance d’une épilation m’a parfois fait tourner de l’œil. A la pause déj on court, on oublie de manger, on stresse d’arriver en retard et tout d’un coup criiiiiitch on nous arrache la peau… et on se sent mal 🙁 Le rasage c’est vrai est moins pire mais il occasionne plein de micro lésions qui aident à la pénétration dans la peau des produits cosmétiques. Rasage aisselles + déo classique = cocktail favorisant le cancer du sein. Du coup je préfère la tondeuse 🙂 Merci pour ton petit mot 😉

  7. Florie dit :

    Ca fait plaisir de voir ce sujet de plus en plus abordé sur la toile. 🙂
    Perso, ça fait deux ans que j’ai arrêté de m’épiler parce que… j’en avais marre, simplement, et que ça allait avec ma démarche de « je m’aime, j’aime mon corps et je le respecte ».
    Et les gens qui disent que je ne prends pas soin de moi, je les emmerde. Je ne vois pas trop où est le « soin » quand je vois des poils incarnés et des jambes sèches façon crocodile, mais bon, c’est moi qui suis une allumée, pas vrai ? 😉

    Je ne sais pas si tu connais le blog d’Antigone mais elle y a fait un article sur le sujet il y a quelques temps que je trouve très bien fait et très didactique : http://antigonexxi.com/2012/07/04/jamais-sans-mon-poil/#comment-17753

    • Pin-up Bio dit :

      Bravo pour ta démarche, j’adooooore (^-^) !!! Pas facile d’aller à contre-courant mais les modes passent si vite, j’espère que nos petits-enfants nous prendront pour des illuminés quand on leur dira qu’on s’arrachait les poils, ils nous diront pourquoi, on leur dira ba c’est moche, ils répondront pourquoi ?! :-p Oh oui tu as raison je vais ajouter dans l’article la fin des jambes sèches merci ! merci aussi pour le lien super article très complet (^-^) !

      • Florie dit :

        C’est clair que les modes évoluent… Quand on pense aux pieds bandés des chinoises… Brrrrr. Peut-être que nos petites filles feront aussi « Brrr » à l’idée qu’on aie pu s’arracher les poils ^^

  8. Nnewïam dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi 🙂 Je ne m’épile pas trop les jambes, même l’été ça ne me dérange pas qu’on les « voie », de toute façon ils sont clairs… par contre le maillot je n’y ai jamais touché, je trouve ça inconcevable de ressentir de la douleur qu’on s’infligerait soi-même dans cette zone-là !!

  9. Lilie dit :

    Super article ! Merci 🙂
    Personnellement mon rapport avec les poils a très mal commencé, avec un copain pas très respectueux qui m’engueulait limite si je n’étais pas parfaitement douce…… Du coup je passait tout mon temps à combattre mes poils et à souffrir ! Puis j’ai eu la chance de rencontrer mon copain actuel qui en a strictement rien à faire ! Que je sois épilée ou pas il s’en fiche et me trouve toujours aussi belle et désirable.. C’est à peine s’il voit la différence avant et après l’épilation… Alors aujourd’hui je m’épile toujours mais nettement moins souvent.. J’ai laissé tombé l’épilation intégrale.. (d’ailleurs avant je me dégouttait quand je n’étais pas épilée intégralement, aujourd’hui c’est le contraire, je me trouve plus « femme » avec mes poils (ce qui est logique) et mon copain ressent la même chose donc tant mieux ! 🙂 Bisous

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ce précieux partage (^-^) Clairement l’ancien n’était pas le bon à ce que je lis… pas très bienveillant. Je suis exactement comme toi je ne reconnais pas mon sexe sans ses poils, il manque clairement quelque chose, bravo ma belle !!! Bisous

  10. Gabrielle dit :

    Moi à la base je déteste les poils aussi je trouve ça disgracieux ! Lobotomisé par les filles de la télé toujours belle et sexy ! Mais depuis que je connais ton blog et tes vidéos j’essaye d’adopter un autre regard sur moi même. Mon chéri ne s’est jamais plains d’un oubli de ma part de m’épiler, il s’en fiche trouve ça ni beau ni moche. Aujourd’hui je suis enceinte et je t’avoue qu’à 6 mois de grossesse m’épiler les jambes ou le maillot devient très difficile du coup je laisse pousser plus longtemps. J’ai remarqué que ma peau rougissait moins et était beaucoup moins sèche. Les poils repoussent moins vite aussi. Du coup en lisant ton article ça m’a fait réfléchir …. Merci encore pour ses remises en questions qui me font le plus grand et qui m’aide à me retrouver =)

    • Pin-up Bio dit :

      Ô merci Gabrielle je suis heureuse si mon blog peut aider (^-^) et ça fait toujours plaisir d’avoir un retour !! Encore un super chéri ça et laisse pousser ma belle 😉

  11. Melody dit :

    Très bonne question ! Et je comprends le raisonnement ! Cependant, je pense que tout est dans la question de savoir pourquoi on fait les choses. Personnellement je n’ai jamais eu le « complexe » du poil dans mes relations par exemple si il n’aime pas il ne touche pas, tant pis pour lui lol.
    Mais j’ai le plaisir d’une peau toute douce et toute lisse et toute satinée alors quand je m’épile, c’est pour mon plaisir. Après je n’ai jamais eu de soucis de poil incarné et encore moins de rougeurs (ayant la peau noire hihi ^^). Enfin, voilà je ne suis pas du genre à me soucier de ce qui pourrait ce passer si on voyait mes poils, mais je les retire quand l’envie me vient. Et puis par contre je suis « velue » du dos, des bras et du ventre mais je n’en fait pas une maladie ma peau est quand très douce et ça n’altère pas mon sex appeal que je sache lol Bref je n’ai jamais pensé à les enlever… Donc pour moi les poils c’est un peu comme toi et le maquillage je peux les laisser mais je peux les enlever pour le « plaisir »…

  12. boutchoko dit :

    Je trouve également les poils disgracieux, je suis bien brune en plus! Je n’arrêterai pas de me raser (je ne m’épile pas, trop douillette!!!) les aisselles et les jambes, même si en hiver je laisse plus de temps à la repousse. Mon seul vrai soucis, c’est pour le maillot, car je me suis rendu compte toute seule, que l’épilation intégrale c’est mauvais… J’en ai fait les frais avec des mycoses à répétitions! Du coup, pour l’été c’est rasage au stricte nécessaire histoire que ça ne dépasse pas du maillot de bain. Et encore maintenant je prends des maillots pas trop saillants pour éviter ce genre d’ennui. Je suis aussi enceinte, et là question épilation c’est carrément la galère, je me limite! Mon ami m’a très longtemps soutenu qu’une épilation intégrale « c’est quand même mieux » avant qu’il ne puisse plus me toucher pendant trois semaines à cause des mycoses. Et bizarrement il a changé d’avis. Je veux que ça reste « net » mais pas parfaitement lisse. Alors si nous pouvions arrêter de culpabiliser la dessus ce serait top. Pour moi en tout cas c’est pas gagné et je n’arriverais pas (enfin pour l’instant!) à arrêter de me raser.

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ce super témoignage sur l’épilation intégrale !!! Pour le rasage malheureusement c’est aussi assez agressif pour la peau donc essaye de ne pas l’utiliser trop trop souvent ma belle 😉

  13. Sur le fond, je suis d’accord. Le poil c’est naturel. Mais sur la forme, je trouve ça tellement disgracieux les poils sur le corps ! J’envisage de plus en plus sérieusement de ne plus m’épiler, mais en passant par la case laser, histoire d’en finir. Bon, ce n’est pas la même approche, il est vrai ! 😉

    • Pin-up Bio dit :

      Tout à fait d’accord avec toi malheureusement parce qu’on a tellement pas l’habitude de les voir… lutter contre des milliers d’années de conditionnement c’est dur :-p Mais j’en ai aussi marre de faire souffrir mon corps… Merci pour ton retour 😉

  14. Anne dit :

    que je suis contente que tu abordes le sujet !!! je n’ai pas tout lu mais je suis ok avec ce que j’ai lu…
    ça fait du bien d’entendre une parole qui change de la norme…
    Moi je n’ai pas envie de faire du mal à mon corps, alors je n’irai jamais chez l’esthéticienne ou la dermatologue me plumer à où je pense… en plus ça fait super mal, et puis pourquoi renier la nature ? Est-ce si horrible que ça d’avoir des poils là à cet endroit ? Je ne trouve pas. Disons que je m’arrange moi-même, mais je ne vais pas passer de la cire ou de la crème dépilatoire partout, parce que c’est anti-naturel, j’ai déjà essayé une fois avec cire et rasoir, doucement bien sûr, et j’ai eu des irritations, à cause de l’absence de poils justement; et ça perturbe la flore du milieu. Moi aussi je trouvais toujours les poils moches, mais je fais ce que je peux pour que je sois présentable lol, voilà, et donc quand je me suis un peu épilée, que ce soit acceptable pour moi, je ne me trouve pas moche du tout et tant pis si je ne plais pas à un garçon à cause de ça.
    Quant aux aisselles et aux jambes, c’est la cire froide bio, ça marche pas mal, surtout sous les bras, et je continuerai comme ça, parce que c’est très rapide à faire et que les poils repoussent plus fins.
    Je ne sais pas si je passerai aux rayons pour les jambes par exemple, car ça peut peut-être ne pas être anodin pour la santé…
    Bises !
    Anne

    • Pin-up Bio dit :

      Merci Anne pour ce retour enthousiaste 😉 Je suis actuellement dans la même logique que toi c’est-à-dire ne plus faire souffrir mon corps. Perso j’avais commencé la lumière pulsée sur les aisselles il y a quelques années, qu’est-ce que j’ai eu mal, et puis après forcément on veut faire d’autres zones… je voulais faire les jambes, mais à présent je n’ai plus envie 😉

      • Anne dit :

        voilà: ne pas faire souffrir son corps (perso je n’ai jamais beaucoup tenté… je n’aime pas souffrir ^^), et puis accepter sa nature, je m’accepte mieux qu’avant, concernant les poils par exemple, et je dirais que je m’aime bien sur ce plan là ^^
        Sinon, à la lumière du jour, il m’arrive de passer la pince à épiler sur les jambes, j’en enlève pas mal, ça part bien, et je fais le reste aux bandes de cire froide… Mais bon, c’est quand même chiant d’avoir des poils aux pattes et ailleurs… Quand je pense à ma mère qui n’en a presque pas, enfin ils ne se voient pas du tout ! comme sous les aisselles, on ne voit rien du tout! la chance !

        à ++

        anne

  15. Je suis d’accord il ne faut pas se « mutiler » mais il y a aussi des personnes qui pourront plus on moins se permettre d’espacer les sessions d’épilation, car une brune ou chatain foncé à la peau claire (par ex:moi) ne pourra pas se permettre aussi facilement le « laisser aller » d’une blonde à la peau mate (une amie, a qui j’ai dit que elle pouvait se permettre) d’ailleurs aujourd’hui elle ne s’épile plus les jambes!
    J’ai trouvé une solution qui a été une révélation, ma délivrance en fait c’est la lumière pulsée, là je suis tranquille car avant me raser le matin je piquais déjà en fin d’après midi… et l’épilation vous avez déjà abordé ses désagréments.
    A chacun sa solution selon sa situation

    • Pin-up Bio dit :

      Joli retour, en effet on est toutes différentes et une femme noire qui a des poils noirs, une femme blanche qui a des poils blonds ce n’est pas la même chose qu’une femme blanche avec les poils bruns 😉 Avant j’étais aussi dans cette optique de me débarrasser de mes poils de façon définitive mais maintenant je comprends la violence psychologique qu’est de renier une partie de son corps pour des considérations esthétiques… Merci à toi 🙂

  16. Natalia dit :

    Salut Pin-up BIo !

    Je ne me pose plus cette question car comme Nathalie a évoqué, j’ai passé par le laser (aisselles, maillot, jambes). En Espagne (d’où je viens), c’est tellement pas cher que presque tout le monde le fait. Pendant le traitement, je ne m’épilais pas entre les différentes sessions, et j’avais passé presque un mois en été sans m’épiler les jambes. J’avais un peu honte quand je mettais des shorts ou robes et que j’étais avec des gens que je connaissais pas, mais avec ma famille et amis j’étais bien à l’aise. Du coup pour répondre à ta question, « faut-il s’épiler », ça devrait être comme tu dis souvent avec le maquillage, si on le fait c’est parce qu’on a envie pas parce qu’on se sent mal ou moche.

    Sinon mes premières expériences avec l’épilation de mes sourcils furent aussi assez traumatiques, comme je pleurais !!!

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ton retour Natalia 🙂 tu abordes justement un super sujet : le laser. Je ne pense pas que ce soit une technique sans danger et j’ai bien peur (mon médecin aussi) que d’ici quelques années des femmes commencent à développer des maladies. Comme toujours il y aura un moratoire sur son utilisation après qu’il y ait eu des problèmes… genre oups on ne savait pas.

  17. mlle-cassis dit :

    J’avais de gros, très gros problèmes de poils incarnés qui m’ont gâché la vie pendant des années. Puis je me suis lancée dans l’épilation électrique. C’est long, mais ça marche. Vraiment. Je n’ai plus pensé à mes poils depuis des années (à part mon rv mensuel chez l’esthéticienne qui me fait l’intégrale bikini, aisselles, jambes, visage, papotage en moins de 20 minutes pour les derniers qui restent), c’est dingue comme c’est libérateur! <3

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ce partage mais j’aime mon corps avec tout ce que cela inclus donc je ne suis plus dans cette logique d’éradiquer mes poils… je commence à les aimer parce qu’ils font partie de moi :-p

  18. kiki dit :

    salut, félicitations, ton article est supeR! perso je ne me suis jamais épilé les sourcils tellement j’ai vu de souffrance autour de cet acte, let pour les zones traditionnelles, je le fait une fois par mois et l’été c’est 2 fois
    N’empêche la désensibilisation de la peau ca m’a fait cogité!! moi et mon épilateur …
    :s

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ce retour c’est super de se connecter à son corps et sa souffrance bravo (^-^) !!

  19. Cha dit :

    Coucou! Super cet article! Alors si y’a un truc qui m’énerve dans le fait d’être une fille c’est les POILS!
    J’ai traqué les poils pendant longtemps avec tous les désagréments que tu as mentionné… En plus la repousse c’est mooooche! Alors ça m’a complexé beaucoup d’avoir des poils…. Maintenant encore un peu mais de moins en moins et ton article me conforte dans l’idée que les poils c’est naturel et puis s’ils sont là ce n’est pas pour rien! Alors comme toi et d’autres femmes l’hiver je laisse ma peau au repos à part les aisselles (je sais pas pourquoi mais c’est comme ça pour l’instant! ^^). Du coup parfois je me dis « mince faudrait que je m’épile » mais quand je pense à ce qui m’attends je me dis « oh et puis nan je le ferai plus tard » et le plus tard se transforme en jamais! Bon par contre l’été quand c’est playa – piscine – maillot de bain, etc là je m’épile.. Et j’ai la chance d’avoir un homme qui s’en fiche royalement que je ne sois pas épilée! Au contraire, un jour j’avais sorti « le grand jeu » (enfin ce que je croyais être le grand jeu..) : épilation intégrale…… Mon chéri m’a dit : « tu sais j’aime bien les poils moi….. » Haha moi qui croyait être au top sans aucun poil! En tout cas ce qu’il m’a dit n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd!
    En tout cas tu as bien fait d’aborder ce sujet actuellement « tabou » dans notre société!!
    Bonne soirée!

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ce super retour 🙂 tu sais quoi du coup je suis en train de me demander si la femme n’y est pas pour beaucoup dans la perpétuation de cette icône imberbe ?! Bonne soirée 😉

  20. Melle Pigut dit :

    Comme toi, j’apprends à m’aimer de l’intérieur comme à l’extérieur. Je ne suis pas la personne la plus influencée par les normes (je ne me suis jamais maquillée par exemple, j’ai l’impression d’être une espèce en voie de disparition) et j’ai réussi à porter un regard bienveillant sur mon corps et à ne pas accorder d’importance aux regards extérieurs.
    Mais pour le poil… bizarrement, c’est plus difficile. Et pourtant, je pense complètement que c’est une normalisation de notre société, que le poil sur le corps des femmes n’est absolument pas une horreur à éradiquer. J’aimerai avoir vraiment le choix. Comme le mentionne le jeune homme dans la vidéo, prétendre qu’on a le choix de s’épiler ou non, ce n’est pas totalement vrai. Le regard que porte notre société sur les poils des femmes est extrêmement négatif, il faut réussir à passer au dessus… j’espère y arriver 😉
    Merci pour ton article !

    • Pin-up Bio dit :

      Merci beaucoup pour ce retour plein de bon sens. Je pense qu’être déjà consciente de cette mutilation est un grand pas en avant dans l’acceptation totale du corps de la femme (^-^)! Bravo pour ton blog il est génial 🙂

  21. C’est justement parce que je m’aime et que j’aime mon corps (attention, c’est la minute narcissique chez Marie ! lol) que je vire depuis toujours ces poils très noirs disgracieux sur ma peau très blanche….. Je vois cette opération comme une marque de respect envers moi-même, avant tout.
    Et la peau est tellement toute douce après….. 😉

    • Pierre dit :

      les poils qu’on laisse pousser jusqu’à leur longueur maxi sont aussi très doux et ça dure longtemps. La peau rasée est douce …une journée ! A méditer. 😉

      Quand on voit les dégâts sur la peau de la plupart des personnes qui se rasent/s’épilent, « prendre soin de soi », c’est justement de ne pas toucher à ses poils. C’est le message de l’industrie cosmétique, en fait, qui veut faire croire à ce mensonge du « prendre soin de soi ». Pourquoi ne pas s’arracher les cheveux, tant qu’on y est ?

      • Cher Pierre,
        Je n’ai jamais observé, en 25 ans d’épilation et/ou de rasage de « dégâts » sur ma peau. Quant au message de l’industrie cosmétique, si vous avez déjà fait un tour sur mon blog, vous devez savoir à quel point il m’atteint…
        Donc, je vous serais reconnaissante de garder votre ironie pour vous, que je trouve blessante.
        Cela dit, votre site a l’air intéressant, je le lirai plus en profondeur un de ces jours.
        Sans rancune.

      • Pierre dit :

        Désolé si vous vous êtes sentie blessée, ce n’était pas le but.
        Vous n’avez pas bien lu mon commentaire, j’ai bien spécifié la plupart, ce qui induit que certaines personnes n’ont pas d’inconvénients à s’enlever les poils. Mais force est de constater, ici ou en parlant aux femmes, que ces inconvénients sont nombreux.

        J’ai réagi à votre commentaire car vous parlez de « respect » envers vous, dans l’acte d’arrachage des poils. Ce qui induit que garder ses poils (mais je suppose que vous parlez uniquement des poils liés à la puberté et non à ceux sur la tête) serait une forme d’irrespect.
        Or, pour avoir étudié depuis près de 15 ans la question des normes et injonctions faites aux femmes, j’ai pu constater cet auto-dénigrement chez bcp de femmes : elles se sentent « sales », « moches », « pas féminines » avec leur pilosité sexuelle.
        Or, la preuve que c’est purement culturel, c’est que dans bcp de parties du monde, les femmes se fichent pas mal de leur pilosité, dont elles sont parfois fières, je pense en particulier à l’Afrique subsaharienne non musulmane où la pilosité des femmes est carrément érotique, mais aussi à l’Inde et d’autres pays asiatiques.
        Pour le dire autrement, dans ces pays-là, c’est enlever ses poils qui est une forme d’irrespect pour soi.
        je voulais donc simplement attirer l’attention sur l’aspect « culturel » de la norme du glabre mais aussi, sur le paradoxe qui fait que les femmes font une différence entre les poils sur la tête et les poils du corps.

        Et sinon, ma compagne a des poils très noirs sur une peau très blanche et ce n’est en rien disgracieux 😉

      • Je viens de passer deux heures sur votre site. J’ai tout lu.
        Honnêtement, il est très intéressant et on voit que vous avez effectué un vrai travail de recherche, dont on ne peut que vous féliciter.
        Conditionnement social et culturel, oui je n’en doute pas, mais je fais le choix de continuer à éliminer le poil, en toute conscience. Je suis pragmatique avec les diktats : quand ils m’emmerdent, je les ignore et quand ils m’arrangent, je les suis. 😉
        En revanche, dans un autre registre, mais peut-être pas tellement différent, j’ai fait le choix, il y a quelques mois, à l’instar de Louisetta dont le commentaire ci-dessous m’a également interpellée, de jeter mes soutiens-gorge aux orties.
        Dans un cas comme dans l’autre, j’ai fait des recherches sur internet après avoir lu un commentaire sous un article de Pin-up Bio, notre hôte. C’est ce que j’aime avec internet et ce dont je ne me lasse pas : toutes ces découvertes qu’il permet.

      • Pin-up Bio dit :

        Bravo Pierre (^-^) !

      • pgriffet dit :

        Je réponds ici car le bouton « répondre » n’apparaît sous votre réponse de 20h56

        Merci pour le retour positif concernant mon site. 😉
        Je ne l’ai pas créé dans le but de faire changer d’avis les femmes, c’est plutôt parce qu’il n’existe aucune ressource en français qui parle de la norme du glabre, en dehors de qq billets sur des blogs, les rares livres qui parlent des poils le font dans une optique bien précise mais ne contextualisent pas la pratique épilatoire, ce qui enlève pratiquement tout intérêt au livre. Or, j’ai collecté des renseignements depuis 2001 et j’ai simplement voulu partager le fruit de mes recherches. La plupart des gens qui le lisent me disent par la suite avoir appris plein de choses et ça me fait plaisir finalement. Mais je n’ai aucun intérêt personnel à ce que des femmes cessent de s’enlever les poils. Par la suite, à chaque femme de réfléchir aux conséquences éventuelles d’un arrêt de l’épilation, elle a tout en mains pour décider en étant pleinement consciente des conséquences. Mon but était et reste toujours d’informer, sans plus. Et je conseille aux gens qui l’ont lu de faire circuler le lien pour que l’information touche un maximum de gens et qu’on aille vers une plus grande tolérance pour celles qui sont hors de la norme.

        Sinon, le cas du soutien-gorge est tout de même un peu différent vu qu’il ne concerne que les femmes. Or, vous avez pu constater sur mon site que je parle souvent du fait que les hommes ont le choix de garder/enlever leurs poils (et c’est tant mieux), c’est ça d’ailleurs qui rend intéressant la question des poils, c’est qu’on est face à un double standard édifiant.

      • Pin-up Bio dit :

        Je continue demain de parler des poils justement, je mettrai votre site en lien 🙂 (ps : il n’y a que 4 ou 5 niveaux de réponse après on ne peut en effet plus « répondre »)

      • Pierre dit :

        J’ai mis à jour mon site pour rajouter un lien vers le sujet sur le bicarbonate de soude comme « déodorant ».
        Merci de référencer mon site, j’ai reçu un mail d’une femme qui l’a découvert via cet article et ça fait toujours plaisir d’avoir des retours positifs (:

    • Pin-up Bio dit :

      Ces poils très noirs… c’est toi non ? C’est dur de se dire qu’on aime pas une partie de soi ? 😉

      • Ils ne font pas partie de moi : présentement ils sont dans le lavabo. 😉

      • lalala dit :

        …mais c’est facile de se dire qu’on se préfère d’une certaine manière plutôt que d’une autre.

        Qu’on se préfère dans telle tenue et pas dans telle autre, avec telle maquillage plutôt qu’au naturel (ou inversement).

        Parce qu’avec une conception jusq’au-boutiste, on peut aller très loin. Se faire redresser les dents dans ce cas ce serait « se dire qu’on aime pas une partie de soi », idem pour la moindre modification que l’on apporterait à son physique. La coloration des cheveux (je prends cet exemple au hasard 😉 ) ce serait « se dire qu’on aime pas une partie de soi » ?

        Je ne pense pas.

  22. Louisetta dit :

    Coucou!

    Article intéressant… A méditer tranquillement, sans se mettre non plus trop de pression, ou de transition radicale. Mais merci pour ton blog très sympa qui a amorcé beaucoup de belles réflexions… 🙂

    Je change de sujet, mais est-ce que tu as fait/fera un article sur le soutient gorge, par hasard? J’ai cherché sur ton blog, persuadée que tu en parlais, mais sans trouver…

    J’en parle parce que dans la lignée de la beauté et la féminité « naturel », c’est tellement important aussi.

    Je peux témoigner! après avoir lu un article sur le port du soutient gorge et tout le conditionnement culturel, les impactes de santé possibles qui y sont liés, j’ai fais une « pause » pour tester… (j’ai une poitrine menue et ça ne se voit pas sous les vêtements) résultat:

    – une poitrine plus ferme, qui se tient mieux toute seule,
    – une sensation de douceur au quotidien,
    – la peau des seins plus douce
    – une plus grande intimité avec ma féminité

    Je précise que ma poitrine ne pend pas du tout, au contraire, elle semble se « muscler » d’avantage.
    A toutes celles qui n’osent pas commencer en journée, essayez en rentrant chez vous d’enlever votre soutient gorge pour se détendre. (en plus, c’est ultra sexy, et nos chéris adorent! 😉 )

    • Pin-up Bio dit :

      Merci Louisetta ça fait plaisir (^-^). Mon blog est encore jeune je n’ai pas eu le temps d’en parler mais ça ne saurait tarder car moi-même je n’en mets presque plus et c’est vrai qu’il y a beaucoup d’avantages 🙂

  23. Pierre dit :

    Très chouette billet, Pin-up Bio

    «pas question en effet d’inspirer le moindre dégoût à chéri d’amour»

    Ce serait exact si tous les hommes étaient pilophobes, c’est loin d’être le cas. Bien souvent, les hommes sont occupés à regarder autre chose que les poils, pendant les ébats. Certains même apprécient cette pilosité, signe de maturité sexuelle.

    Il est étonnant que bcp de personnes se revendiquant « proches de la nature » soient à ce point pilophobes. Je pense aux naturistes qui pour la plupart, s’arrachent tous les poils, sauf sur la tête, évidemment.
    La norme du glabre féminin est ancestrale mais depuis une centaine d’années, les marchands du temple capitalistes en ont fait un commerce. Et comme par hasard, l’industrie cosmétique vend des tas de produits pour les poils sur la tête mais pas pour entretenir les poils du corps !

    Il est virtuellement impossible de voir une femme ayant des poils dans les médias, même dans les pubs pour des produits dépilatoires, la femme en question épile une jambe déjà glabre ! Cela en dit sur le tabou de la pilosité féminine, alors qu’un homme se rasant dans une pub a des poils visibles.

    Plus d’infos sur mon site

    • Florie dit :

      Tiens, ça me fait à la série « Games of Thrones », que je commence tout juste à regarder. Dans l’épisode que je viens de voir, on voit un homme se faire raser les poils du torse et des aisselles par son amant. On voit clairement que l’acteur se fait raser pour de vrai, ce qui implique qu’il montre les poils de son corps. Je n’imagine pas, à raison je pense, une telle scène avec une femme se faisant raser ou épiler (ne serait-ce qu’à cause du code Hays). On voit la prégnance du double standard…
      D’ailleurs, à un moment l’homme qui se fait raser dit un truc du genre « si tu aimes les corps imberbes, pourquoi tu ne vas pas te trouver un jeune garçon ? », ce que j’ai trouvé intéressant parce que j’ai l’impression que ça met les poils en parallèle avec la virilité, le fait d’être un homme et plus un enfant, plutôt que de l’opposer à la féminité (il aurait pu dire « trouve-toi une femme »), ce qui implique qu’une femme avec des poils sera une femme et donc plus une fillette. Mais ma réflexion est un peu anéantie par le fait que les femmes dans la série sont glabres.

      • Lou dit :

        Justement, en parlant de Game of Thrones :
        Il y a un passage dans le 4e tome il me semble, où un personnage féminin se fait raser de la tête aux pieds pour être punie. Jambes, pubis, aisselles, tout ! Et elle en ressort traumatisée, en voyant disparaître ses poils.
        Je ne veux pas en dire plus et spoiler, mais je me doute déjà que la série nous présentera cette scène complètement différemment…

      • Pin-up Bio dit :

        Super exemple Florie merci (^-^) C’est très intéressant en effet ce parallèle que tu fais, le poil est synonyme de maturité et non plus d’une sorte d’impureté pour la femme, j’aime !!

    • Pin-up Bio dit :

      Merci Pierre 🙂 Même si c’est tentant de le croire la norme est aujourd’hui à la femme épilée et pour en avoir parlé ces derniers jours à plusieurs hommes malheureusement les poils sur les jambes ou les aisselles dans la rue ne sont pas à l’ordre du jour en France 😉

  24. Domy dit :

    J’avoue que si en été je fais très attention à être toujours nickel, en hiver, c’est un peu la friche !!! Je me rase sous les bras mais seulement une fois par semaine maxi. Quant aux jambes et au maillot, c’est vraiment lorsque je me dis que trop c’est trop !!! Mon mari ne m’a jamais fait aucune réflexion. Je crois qu’il s’en fout et qu’il m’aime comme je suis. En revanche, je ne fais jamais l’impasse sur l’hydratation de tout le corps, tous les matins après la douche.
    Ma peau est toute douce et lisse. De toute façon, étant sujette aux allergies et à l’eczéma, je fais attention d’agresser ma peau le moins possible.
    Je pense qu’on se met trop la pression sur la perfection (je dis ça et je suis la personne la plus complexée de la planète, toujours à me torturer à propos de mes formes!). Les hommes ne nous voient pas du tout comme nous nous percevons. Ils ne voient pas que nos sourcils ne sont pas parfaitement épilés ou qu’on a quelques poils sous les bras ou sur les jambes.
    Alors arrêtons de nous prendre la tête. Ce n’est pas si important.

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ton retour (^-^)… ah « être nickel » des mots que moi-même j’utilise mais si on prend le temps d’y réfléchir cela sous-tend bien le côté négatif des poils sur le corps de la femme. A défaut de changer nos pratiques peut-être faudrait-il changer nos mots.. des mots plus respectueux 😉

  25. Lilly23 dit :

    Ce qui est comique, c’est que ce n’est pas partout sur la planète 😉 en Afrique tropicale, personne ne s’épile (et pourtant certaines femmes ont des poils sur la poitrine) et c’est normal, les hommes préfèrent même les femmes plus poilues :p

    Et je crois que de plus en plus, c’est bien accepté: aucuns de mes potes ou des copains que j’ai eu (j’ai la vingtaine) n’ont de problèmes avec ça, et je pense qu’aucune de mes amies ne pratique l’épilation intégrale

    • Pin-up Bio dit :

      Exactement c’est culturel et perso j’aimerais bien que notre culture soit plus cool avec le corps de la femme 🙂 Merci pour ce partage (^-^) !!

  26. Juju dit :

    C’est un sujet qui suscite beaucoup de polémique !! Je trouve ça excellent ! Mais moi déjà en tant qu’américaine/française d’adoption, j’étais complètement éberluée, sidérée, frappée par le générique de Cynthia avec ces horribles paroles « Tu seras fier de moi. » Comme je n’ai pas grandi en France je ne connaissais pas cette émission alors j’ai regardé qqs épisodes sur youtube. Grande leçon de culture. Effectivement, si les médias ont infligé des sévices psychologiques aux ados des années 80-90, on comprend mieux leurs complexes de jeunes femmes aujourd’hui. 🙁
    Et je ne tombe pas dans l’exagération. Arrêtons avec ces émissions à la c** qui transmettent un mauvais message aux filles genre « je ne suis pas digne », « l’autre fille est plus belle et forte que moi », « si je dis ce que je pense on va me traiter de jalouse » et « il faut qu’un homme soit fier de moi pour que j’existe. »
    Arggghhhhh!!!

    • Pin-up Bio dit :

      Bravo Juju totalement d’accord avec toi (^-^) !! Dès tout petit on nous envoie inconsciemment des messages très durs et après on se demande d’où vient nos jalousies, nos aigreurs et nos mal-êtres à l’âge adulte !!

  27. itO dit :

    Merci Pin-up Bio d’aborder ce sujet si polémique ^^
    Perso j’ai de la chance, je ne suis vraiment pas très poilue, à tel point que je ne me suis toujours que raser les jambes, jamais d’épilation. Mon poil étant trop fin, ça les casse. Et bizarrement, de les raser ne les a pas du tout fait pousser plus dru, au contraire. J’ai l’impression que cette croyance a été véhiculé par les vendeurs d’épilateurs.

    Par contre, épilation pour le maillot et les aisselles, mais à la main. En fait j’ai commencé à me raser là et ce pendant des années, au point que jusqu’à il n’y a pas très longtemps, je n’avais jamais vu à quoi pouvaient ressembler mes poils sous les aisselles. Et puis j’ai fait un gros break en prenant conscience du temps que cela me prenait et des irritations de plus en plus fréquentes.

    Maintenant ça pousse partout, même en été. Des fois j’éclaircis le maillot et surtout j’épile mes aisselles, parce que quand ça a bien repoussé, vu que j’en ai pas beaucoup, ça ressemble aux deux queues de yorkshire éclatées.

    Le souci de se contraindre aux conventions était donc réglé, jusqu’à ce que je décide de faire un peu de natation. Impossible d’y aller avec des poils… Enfin sur les jambes, ça passe, j’assume. Mais ailleurs… Et je sais que c’est uniquement dans ma tête, que tout le monde s’en fout, ou sinon c’est moi qui devrait royalement me foutre de leur opinion. Mais bon. J’y travaille.

    Et d’ailleurs, mon compagnon (qui a 44 ans) ne m’a jamais incitée (durant 22 ans) à une rigueur du système pileux. Il s’en fout total. Cela contredit ton mini sondage, Pin-up Bio :-)) Il trouve dommage que j’ai tant de complexe à aller nager en version nature. Lui, ce qu’il n’aime pas, c’est les odeurs. Et comme cela a été dit plus haut, cela n’a strictement rien à voir avec les poils, mais avec l’hygiène, et surtout l’alimentation.

    Le lien totalement infondé entre les poils et la saleté se retrouve également avec les pieds. Faites le test dans un café ou dans le train, enlevez vos chaussures et vos chaussettes, posez vos pieds nus bien en vu, et vous verrez comme les gens vont les regarder avec dégoût. Pourtant le seul truc éventuellement sale dans l’histoire, c’est bien plus les chaussettes et les chaussures (pire avec les baskets) où les pieds mijotent toute la sainte journée.

    Tout ça est un héritage des courants hygiénistes qui ont traversé notre histoire. Mais le poil chez la femme rappelle également qu’elle est un être fini et autonome autant que l’homme, ce que le système phallocrate réfute de mille façons en la cantonnant dans une image infantile, irréelle, inachevée. Les femmes n’ont perdu leur statut de mineur, en France, que depuis 1965 suite à la réforme des régimes matrimoniaux. Mais la presse féminine, la mode, le marketing ultra-photoshopé ont pris le relais pour nous implanter une vision de nous-mêmes totalement tronquée.
    On a toute connu la Barbie ; or voyez ce que donne une poupée quand elle a des mensurations normales : https://www.lammily.com/average-is-beautiful
    Beaucoup d’entre nous aussi continuent à faciliter grandement ce lavage de cerveau.

    Pour revenir aux pieds, peut-être qu’un jour on considérera également les talons hauts tels qu’ils sont, c’est à dire – à l’instar des appareils épilatoires – des outils de torture qui limitent les déplacements. Une femme ne peut être libre de ses mouvements chaussée ainsi. En porter de temps en temps, comme du maquillage, c’est une chose, mais en faire des accessoires incontournables au quotidien est une hérésie.

    (Désolée pour ces pavés de commentaires que je poste à chaque fois ><)

    • Pin-up Bio dit :

      Merci beaucoup pour ce généreux partage, super intéressant comme toujours 🙂 Comme je le disais un peu plus haut à Pierre, les poils sur les femmes dans la rue ce n’est pas à l’ordre du jour, par contre évidement avec son chéri dans l’intimité c’est très différent. Pour les chaussures aussi c’est vrai il faut faire attention à notre dos. Récemment je me suis achetée des bottes cuissardes plates justement et bien j’ai gardé mon côté sexy j’étais toute contente 🙂 Tu savais qu’en fait la forme que prend le pied dans une chaussure à talon c’est la contraction musculaire que l’on a pendant l’amour… dingue non 😉 !!

      • itO dit :

        Ah non, j’ignorais ^^ Par contre, je savais qu’elle est un objet fétichiste.
        Porter des talons modifie tous les mouvements naturels du bassin, la démarche (pour la rendre plus sexy) mais du coup intervient dans la proprioception (http://fr.wikipedia.org/wiki/Proprioception) déjà pas mal réduite par le port de chaussures, même plates. Ça peut causer de gros dégâts au dos, mais aussi aux cervicales, car tout le squelette va chercher à compenser le « déséquilibre » que provoque la chaussure.
        En Ayurvédique, on conseille d’ailleurs de marcher pieds nus tous les matins dans l’herbe mouillée.
        À l’heure actuelle, on revient pas mal sur les effets des chaussures sur la santé, notamment dans le domaine de la course à pieds où de nombreux pratiquants entament une transition vers une semelle fine ou carrément le pied nu.
        Pour avoir tenté le truc, je peux vous dire que juste de (re)marcher pieds nus est déjà tout un (ré)apprentissage tout à fait déconcertant, mais absolument fabuleux au niveau des sensations que cela procure.
        Quant aux poils dans la rue, effectivement ce n’est pas évident, mais j’avoue ne pas avoir de souci aujourd’hui avec ça. Je pense qu’il y a beaucoup plus dur à surmonter. Notamment avoir le visage couvert de pustules toutes rouges, comme je l’étais à une époque. À côté, c’est presque un plaisir de montrer mes poils :-p

  28. Julien Wolga dit :

    Eh beh eh beh! Le sujet fait débat on dirait!
    J’avais juste envie de préciser deux-trois trucs à propos de l’hygiène, tout ça…
    Je crois que je le dis dans la vidéo, le terme « hygiène » avait à l’origine un sens plus large qu’aujourd’hui, et ne se limitait pas à la seule propreté extérieure, mais prenait effectivement en compte l’origine des mauvaises odeurs par exemple qui ne viennent pas du poil lui-même, mais des éliminations qu’opèrent le corps, et que selon ce qu’on mange par exemple, ces éliminations vont être plus ou moins fortes, plus ou moins chargées…
    Je vais passer pour un « extrémiste » de l’hygiène, mais depuis que je ne mange plus de gras et de féculents (par contre, je consomme beaucoup de sucre naturel), et au contraire un max de végétaux, si possible crus, et aussi des fruits de mer, je peux garder un T-Shirt plus de deux semaines sans qu’il ne « sente » (oui, je sais, ça peut paraître glauque, mais je vous jure: ça ne sent pas!!), j’ai presque plus besoin de savon (lavage de cheveux au gel douche une fois par semaine grand maximum!!), et bien entendu ça fait un bail que j’ai pas mis de déo, quel qu’il soit…
    J’avoue qu’au niveau « économies », c’est pas mal du tout! 😉
    Bon, sinon, je voulais féliciter toutes celles qui ne se foutent pas la pression, ni dans un sens, ni dans l’autre, c’est à mon avis déjà le plus important!
    Et puis salutation à Pierre aussi avec qui ont a échangé quelques mails il y a quelques années! 😉

    • Pin-up Bio dit :

      Bien dit Julien, il faut insister sur le fait que les odeurs viennent de notre alimentation et moi aussi en mangeant beaucoup de végétaux j’ai beaucoup moins besoin de déodorant qu’avant, l’hygiène d’un corps c’est aussi à l’intérieur 🙂

    • Pierre dit :

      Salut Julien, je suis en train de regarder ta vidéo. Je me rappelle que tu avais parlé d’un régime frugivore qui faisait en sorte que tu n’avais plus aucune odeur corporelle.

      • Julien Wolga dit :

        Oui oui, enfin, « plus aucune », en fait si, mais ce sera plus de l’ordre du parfum fruité! 😉
        Après, il peut il y avoir des variantes, mais dès lors que l’on élimine les matières grasses et les féculents, on enlève déjà un paquet de la crasse qui en est directement issue.
        Actuellement, je suis plutôt proche de ce que j’appelle le « frugivorisme marin » (dans l’idéal fruits et coquillages crus), et je garde une « propreté » naturelle assez agréable, pratique et confortable!

  29. Odile dit :

    Merci beaucoup pour le choix de ce thème – ô combien polémique – qui me fais réfléchir sur ce qui est une habitude qui relève plutôt de la corvée, même si c’est une occasion de se bichonner ensuite. La vidéo est très intéressante. Juste un petit mot sur les poils les plus visibles pour une femme : les sourcils. Leur épilation peut être douloureuse si on en a beaucoup à retirer car la pince à épiler ne fait pas de cadeau ! Néanmoins, de beaux sourcils structurées et épilés peuvent changer la beauté d’un visage en ouvrant le regard, en lui apportant de la personnalité etc. Bravo pour le choix de ce thème, je découvre ton blog depuis peu et je vais me précipiter sur la lecture de ton article sur le port du soutien-gorge…

    • Pin-up Bio dit :

      Merci pour ton retour 🙂 Pour ma part j’essaye d’être dans la nuance, oui pour enlever quelques poils sur les sourcils mais non à l’épilation intégrale du pubis, restructurer un peu une forme et éradiquer des zones entières ce n’est pas la même chose. J’en parle dans l’article suivant http://www.pinupbio.com/comment-etre-sexy-avec-ses-poils/ Je n’ai pas encore parlé des soutiens-gorge 😉

  30. Maya dit :

    Merci pour cet article et cette super vidéo, et si je puis me permettre, quel bel homme ^^
    Perso je ne m’épile pas bcp, pas très velue je suis, mais j’aurais du mal à arrêter de m’épiler le duvet au dessus de ma bouche, blond il est vrai, mais depuis qu’une petite fille m’a fait remarquer devant du monde que j’avais de la moustache (la honte !!!), j’ai décidé de m’épiler cette partie (à la cire)… mais j’ai peur qu’à la longue cela n’accélère le vieillissement de cette peau si fine… j’avais entendu parler de l’épilation au fil (pratiquée en Inde) qui serait bcp plus respectueuse et douce… quelqu’un aurait un avis là-dessus?
    Sinon je suis complètement d’accord avec l’idée du conditionnement socio-culturel autour de l’épilation. Cela me fait penser à une de mes amies qui trouve le poil sale, y compris chez un homme, donc exit cheveux longs, barbe, torse poilu, etc. Je trouve ça juste dingue voire même inquiétant…

    • Medilaser dit :

      Bonjour,

      Effectivement, l’épilation à la cire accélère le relâchement cutané des zones où la peau est plus fine comme le dessus de la bouche. L’épilation au fil arrache le poil sans tirer sur la peau c’est ce qui rend la technique plus respectueuse de la peau.
      Concernant l’épilation et le conditionnement socio-culturel, Julien a raison. Mais il ne faut pas aussi exclure l’idée qu’au-delà de ce conditionnement, certaines personnes préfèrent tout simplement avoir une peau lisse.

    • Pin-up Bio dit :

      Merci beaucoup (^-^) et je lui ai transmis ton message… il est timide lol 😉 Pour ta question je te conseille plutôt tondeuse et tu termines à la pince à épiler pour ceux qui se voient. Regarde cet article: http://www.pinupbio.com/5-astuces-concretes-pour-ne-pas-sabimer/ et d’accord avec toi ça fait peur 😉

  31. Marguerite dit :

    Pour celles qui disent que leur esthéticienne leur a promis que c’était plus hygiénique : elles vont pas dire le contraire, elles gagnent leur vie comme ça :p
    En revanche, je crois les médecins et les gynécologues dont le salaire ne dépend pas de la réponse, et qui sont assez déprimés face à cette avalanche de cire.
    Ensuite, personnellement je n’ai jamais rien eu contre mes poils, j’ai commencé à me raser les jambes au collège comme une gourde parce que de petites idiotes m’avaient mis la pression, et je m’en mords les doigts.
    Il n’y a pas de « juste milieu » ou de « service minimum » en matière d’épilation. On ne doit rien à l’autre ! Vous imaginez, un monde où on serait obligé de se faire un certain nombre de piercings ou d’entailles pour être acceptés ? Bah là, c’est pareil. Si un mec vous dit « Haaaan des poils c’est horrible », c’est pas compliqué, c’est juste un crétin et pouf, dehors. Vous vous voyez lui dire « Mais ton nez, en fait, il est grotesque ! » ?
    Et pour conclure, puisque ça semble préoccuper pas mal de filles qui s’épilent, je pense que contrairement à ce qui circule sur internet, la plupart des mecs n’en ont rien à foutre (à part cette génération gavée de porno, mais je ne vois pas qui peut s’intéresser à ce genre de types) : mon copain adore ça, il trouve ça très beau,très féminin; et cet été, sur la plage, avec mon maillot de bain préféré et quelques poils qui en dépassaient, je n’ai reçu aucun regard de dégoût…au contraire ^^
    Sur internet, les gens sont très violents et très conformistes. Ne les croyez pas !

    • Pin-up Bio dit :

      Merci Marguerite pour ce super retour 🙂 Je suis d’accord la pilosité d’une femme est une affaire de goût et ne doit pas être normalisée… comme nous on aime des mecs avec le torse velu ou alors imberbe, il ne faut pas imposer à l’autre ses goûts (^-^) !!

  32. Catherine B. dit :

    Bonsoir Pin-up Bio, très bon votre article qui soulève des réactions (et des polémiques) preuve que le sujet n’est pas aussi léger qu’il pourrait paraitre. Merci……

    • Pin-up Bio dit :

      Merci (^-^) !! Oui c’est même en lien direct avec le rapport conflictuel que les humains entretiennent avec la Nature, le statut de la femme, la propagande des industriels de la santé et des cosmétiques :-p

  33. Chy dit :

    La première fois que le poil m’a posé question j’avais 16 ans. Mon premier copain avait alors crié sur tous les toits que j’étais poilue, un truc atroce. (il est vrai que je suis super poilue) Et évidemment ça a été l’occasion pour beaucoup de se foutre de moi et pour moi de quitter cette enflure. J’avais même reçu des sms genre « forêt amazonienne ». Depuis, je suis horriblement complexée. J’ai été tellement humiliée à ce moment que maintenant dès que je vois un poil sur moi je me souviens de ce que tout ces abrutis disaient. Je sais bien que ce sont des cons mais le souvenir de la honte que j’ai ressenti en passant devant ces gens qui savaient que je ne m’épilais pas a été trop insupportable. Poil ou pas poil c’est totalement personnel et intime, et à cette période de ma vie, c’est devenu un truc publique, étalé sur la place du marché. Alors quand je lis cet article, ça me donne tellement envie que ça redevienne un choix pour moi … J’espère de tout cœur qu’un jour je trouverais un mec qui trouve joli ma pilosité méditerranéenne (dit comme ça c’est super exotique je trouve). Vive le poil, un jour 🙂

    • pgriffet dit :

      Merci Chy pour ce témoignage touchant et révoltant, on voit bien que des propos pilophobes peuvent avoir des conséquences dramatiques et traumatisantes, exactement comme des propos racistes ou homophobes.
      Sinon, sachez qu’il existe plus d’hommes qu’on ne le pense qui ne sont pas dérangés par la pilosité, même « méditerranéenne ». Et je dirais que c’est un bon test pour détecter les types relous : leur parler franco de pilosité. S’ils font des grimaces de dégoût, faut les zapper direct 😉

      Je suis co admin d’un groupe FB de soutien à celles qui luttent contre la norme du glabre, si cela vous intéresse
      https://www.facebook.com/groups/tous.a.poil.et.poil.pour.tous/

    • Pin-up Bio dit :

      Bravo ma belle, tu transformes un expérience traumatisante en une énergie positive et salvatrice, tu es super. J’aime beaucoup cette idée de pilosité méditerranéenne, oui les femmes méditerranéenne sont bien brunes, sont caramel, sont poilues, sont grrrraouuu… c’est ce qui leur donne du chien, du tempérament 🙂 Malheureusement par chez nous, les hommes sont élevés avec des images de femmes sans poil et ils construisent leur désir comme cela, il ne faut pas leur en vouloir. C’est à nous les femmes de montrer la voie (^-^) !!!

  34. Loïs dit :

    Hello Pin-up Bio,
    C’est mon mari qui a découvert ton site, en recherchant un déo naturel (nous sommes tous les deux passés au BdS).
    Cet article sur les poils est VRAIMENT super intéressant, ainsi que la vidéo.
    Je suis tout à fait dans les pensées du genre « les poils, c’est dégueu », et je prends conscience seulement maintenant de l’aspect culturel (et franchement bizarre) de ce phénomène. Merci de soulever ce point, ça remet en question ma façon de penser. J’ai bien envie d’arrêter de m’épiler !!
    As-tu finalement fait un article sur les soutien-gorges ? et autre sujet, que penses-tu du flux menstruel instinctif, prônant l’arrêt des protections hygéniques, comme les bébés arrêtent de se passer de couches ? (je n’ai pas encore fouillé sur ton blog, désolée si tu en as déjà parlé).
    A bientôt !

  35. Autre dit :

    Le photographe Ben Hopper a crée une expo de femmes au naturel :
    http://therealbenhopper.com/Projects/Natural-Beauty/1/thumbs/

    Je vais quand même parler de mon expérience personnelle sur le poil, je suis pour la femme naturelle, mais comme tout il y a le confort et la « santé » auquel il faut aussi penser, alors oui, le poil d’accord, mais pas chez moi…

    Pourquoi? Parce qu’il est un vrai étouffeur. J’ai des poils trop nombreux, trop épais, trop long, qui se clonent…
    Résultat, une peau totalement étouffé qui même nue, transpire, je me sens gênée continuellement, et rassurez-vous, je ne dis pas ça en souvenir, je ne m’épilais qu’une fois tous les 6 mois, l’été, le poil mauvais je le sentais bien passé, je transpirais deux fois plus qu’une peau épilée, le sentiment d’avoir un collant en laine en permanence, même sous les aisselles, pas glorieux.
    Ca gratte aussi atrocement, une odeur deux fois plus forte. Alors non, le poil n’est pas un allié chez moi, et c’est vraiment une personne qui ne s’épilait pratiquement jamais qui vous le dit.

    Alors oui je m’épile un peu plus souvent ces derniers temps car opération séduction… Mais deuxième fléau, le poil incarné, les infections que ça entraîne, ma peau qui considère le poil comme un corps étrangers et le rejette comme une écharde, des cicatrices qui poussent comme des champignons, une peau crocodile car très sèche…

    Donc je fais quoi? Ou j’étouffe ou je souffre, sachant que mes poils n’ont rien d’esthétique. C’est pas du tout comme sur mes bras ou le reste du corps par exemple, si c’était le cas j’y toucherai pas. Possible qu’ils l’aient été et que ce soit ma première épilation qui les auraient rendu aussi épais et nombreux… Mais depuis ils n’ont pas retrouvé leur état d’origine. Les produits d’après épilation ne m’aide en rien pour les affiner, réduire le clonage au bulbe et les éclaircir. Alors même si j’adhère totalement à l’idée, elle n’est pas toujours applicable sur toutes les zones. (du moins pas chez moi)

  36. Carole dit :

    J’aimerais juste ajouter ma petite expérience de l’intégrale forcée du maillot…j’ai dû subir deux césariennes…la 1ère en urgence, avec rasage de tous les poils pubiens et autres duvets sur le ventre…..au rasoir jetable et « à sec » par une aide-soignante pas très délicate….comment vous faire ressentir plus que mon inconfort lors de ce carnage (plein de coupures !!!)et lors de la repousse ? Fort heureusement pour moi je n’ai pas eu de poils incarnés mais qu’Est-ce que ça piquait……et des gros boutons tout rouges qui démangeaient beaucoup avec les frottements dus au port des culottes jetables en papier…(les joies de la jeune accouchée….) Pour ma 2e césarienne, je me suis débrouillée toute seule pour l’intégrale : rasage facilité avec du gel de rasage et rasoir triple lame + crème hydratante OUF (mais bien sûr j’ai douillé pour la repousse !)
    maintenant c’est rasage des 1/2 jambes comme on dit quand j’ai une lubie….pour le maillot, je m’en fiche, même si je vais à la piscine…je n’ai jamais commencé à m’épiler les aisselles, donc ce n’est pas maintenant que je vais commencer !!!!

  37. Je suis toute nouvelle ici et j’aimerais apporter mon témoignage pro-poils (en tout cas j’ai rien contre^^). 0 l’heure où je vous écris, j’ai une jambe avec poils et une jambe sans poils (parce que ma nouvelle tondeuse de compét’ est bruyante et je fais trop de choses en même temps, et en plus, selon mon homme, « t’es pas obligée de tout faire tout de suite » non mais allô! Un homme qui me dit que l’épilation n’est pas une priorité^^).
    A la lecture de cet article, je me suis dit « la prochaine fois que tu fais les courses, ma fille, tu prends une tondeuse! ». C’est chose faite! Grâce à Pin Up bio et grâce à un chéri à qui ma joyeuse broussaille n’a jamais posé de problème.
    Mais si l’hiver, les collants opaques sont mes meilleurs amis, l’été et ses jupes légères, c’est plus compliqué, et esthétiquement parlant, même si je suis pour mes jolis poils, je ne suis pas encore prête à les faire admirer à la terre entière (lol), d’où la tondeuse.

    Une dernière chose, Pin-up Bio: Pourquoi à chaque fois que j’ouvre mon internet, c’est sur ton site que j’arrive? Peut- être parce que tes chouettes articles sont éminemment rassurants, peut- être parce que tu prodigues des conseils simples et sains (c’est aussi en te lisant que j’ai fini par commander une fleurcup et des protections lavables en coton bio), peut- être tout simplement parce que ce que tu écris nous rend la vie plus simple et plus belle. Mais j’ai lu tous tes articles et je commence à être en manque!

    Belle continuation

  38. mariesarah dit :

    Coucou j’ai essayer de rassembler des raisons expliquant le choix de certaines femmes de ne plus s’épiler.

    ON EST TOUTES BELLES !

    http://marieturenne.wordpress.com/2014/08/13/un-point-sur-la-pilosite-feminine/

  39. mariesarah dit :

    essayé, pardon !

  40. Ehtiras dit :

    MERCI!! J’ai tellement mais tellement souffert de ça au collège, ça en devenait une obsession. On m’appelait le yéti (ben oui je suis brune…) et j’avais une dystrophie ovarienne donc une pilosité un peu plus importante que certaines (au passage maladie qui touche 5% des femmes, je dis ça je dis rien mais statistiquement dans les filles qui se moquaient de moi il devait y en avoir, sympa la solidarité).

    J’ai presque 23 ans et il m’aura donc fallu près de 10 ans pour avoir le déclic qu’éventuellement je pouvais m’accepter comme je suis. Et je me suis longtemps retranchée devant l’excuse « oui mais attends, avec la GRS je PEUX PAS ne pas m’épiler! » 😉 . Eh bien si tu peux, parce que le monde entier n’a pas les yeux fixé sur tes poils en fait, tout le monde s’en fiche. A la limite un coup de rasoir au niveau de l’échancrure du justo mais pas de séance de torture la veille de la compétition avec la bande de cire collée en se disant « j’arrache, j’arrache pas…Allez j’arrache à trois…Un, deux…NON je peux pas ça va faire mal » (d’ailleurs on perd un temps monstrueux à négocier avec nous même, c’est fou ^^)
    Et puis on commence à être plutôt nombreuses dans le comité de soutien des poils, non? 🙂

  41. Linda dit :

    Et quelle injustice, pour nous les femmes, qui admirons les poils de nos mâles ..on trouve cela plutôt sexy et attirant. Pour eux, aucun instrument de torture; Or comme cela est bien dit tout est affaire de perception. Le jour où les medias puisqu’ils ont accès au plus grand nombre « vendront » le poil de la femme comme étant sexy, sain et pourquoi pas beau…oui, oui, le paradigme nous semble aujourd’hui impossible ? Mais alors pourquoi très longtemps les allemandes ont proné le naturel, le poil se baladant joyeusement sur leurs jambes sans que cela ne choque aucun allemend(e). Je l’ai constaté en Allemagne et la seule personne apparemment surprise était Moi…conditionnement, je vous dis. Cela dit la traque du poil semble davantage intéressée l’économie…;) et me semble de ce fait pas prêt de vivre en paix !!

  42. nina dit :

    Java le poil on entend mieux les paroles 🙂 dans cette vidéo
    http://www.youtube.com/watch?v=7QaoH60X_dE

  43. moun64 dit :

    Bonsoir ahh ces poils!! Bon je fais partie des femmes qui s’ epilent à la cire froide. Impossible de pas couper la touffe et je dirais même mon homme a cause de moi se coupe les poils du moins en dessous de la ceinture

  44. Emilie dit :

    Je viens de découvrir l’article et j’ai envie de dire…Merci ! Merci de nous déculpabiliser et de défendre ce parti-pris. Grâce à cet article et la vidéo de Julien j’ai enfin des arguments tangible pour appuyer ma cause. Encore une fois, merci 🙂

  45. Solene dit :

    Bonjour, je trouve ton blog et tes idées superbes! Ça y est je suis une adepte de la tondeuse, et des ongles sans vernis! Et je me disais que ça serait super d’avoir des stickers « pinup bio » que l’on pourrait mettre genre sur les voitures, ou autres pr inciter les autres femmes à OSER être naturelle!
    MERCI en tout cas pr ce que tu fais!!

  46. Charlotte dit :

    Bonjour je suis un peu gênée de poser cette question mais… J’ai 13 ans et je fais de la grs comme toi à ton âge et j’aimerai bien me faire l’épilation du maillot car je ne veux pas qu’on voit mes poils c’est très gênant !! Ça me gêne beaucoup aussi d’en parler à ma famille (meme a ma mere !). Ma grand mère est dermatologue et c’est elle qui m’épile les jambes et les aisselles. Je ne veux pas lui demander de m’épiler le maillot et je ne peux pas demander d’acheter de la cire car mes parents me diraient « mais mamie t’épile pourquoi tu veux t’acheter de la cire ? »et (comme je l’ai déjà dit) je ne veux pas leur dire. Il me reste donc le rasoir (j’en ai un) et la crème epilatoire (j’en ai aussi mais il parait que c’est nul).
    Comment et avec quoi m’épiler ???
    Merci si vous m’aidez!!!

  47. Winnie dit :

    Chez moi les poils c’est tout ou rien !
    Les autres font ce qu’ils veulent et c’est tant mieux.

    Moi, je m’épile à la cire chaude, une fois par mois ou toutes les 6 semaines, selon l’humeur, le temps.
    J’épile sourcils/jambes/aisselles/maillot(integral).
    Du coup j’ai une periode poilue et une periode nue.
    J’aime bien les deux.

    La periode poilue :
    Mes poils, c’est perso.
    Je les garde pour moi, je ne les exhibe pas mais je les aime bien aussi, pendant un temps.
    Si je suis poilue trop longtemps, j’en ai marre c’est monotone. Je vais aussi moins à la piscine, je met pas de débardeurs. (j’habite dans un pays froid alors c’est pas étonnant de se ballader en pantalons et pulls/T-shirts longs).

    La periode nue :
    Au bout d’un moment j’enlève tous les poils !
    Quand je suis épilée, je me sens bien c’est doux, je me sens bien dans mon corp et avec les autres c’est comme être bien coiffée mais en secret.

    La repousse c’est pas dramatique, ya des poils incarnés mais pas trop( 1 ou deux en moyenne ). Les poils sont assez doux vu qu’ils sont épilés et non razés.

    Par contre au bout d’un moment ils sont trop fins et se cassent à l’épillation donc je rase une fois et je reprend mon cycle poilue/nue comme d’hab après.

    Mon chéri, il a pas son mot à dire en théorie mais dans la pratique j’aime bien avoir son avis quand même.
    Je lui ai donc demandé, il aime bien l’épilation intégrale aussi.
    Il pensait que je ferais ca au rasoir donc sans douleur(dans son pays froid tout le monde fait ca au rasoir, c’est galère pour touver un pot de cire orientale)

    Et il sait maintenant que pour avoir du doux pour une semaine il faut des poils et du moins doux pendant quelques semaines.
    Mais mes poils c’est quand même pas sa préocupation principale. Il me préfère heureuse, avec ou sans poils.

    Et c’est pas anti-féministe de s’épiler… ou de ne pas s’épiler. L’important c’est de se sentir libre de faire comme on veut.

  48. dinou dit :

    Merci pour cet article! heureusement pour moi, ma mère ne s’épile pas et mon père l’a aimé comme ça, du coup je n’ai jamais éprouvé de dégoût pour les poils (merci maman= une souffrance en moins) et elle m’a bien fait comprendre que c’était un conditionnement social, et qu’elle n’en a rien à faire de ce que pensent les autres. Ma soeur et moi nous sommes toujours épilées, sans l’aide de notre mère, justement parce qu’on voulait être dans la norme, mais en toute connaissance de cause.
    Par contre, j’ai vite remarqué (malheureusement ou heureusement?) que s’épiler trop le maillot me posait des problèmes de santé, donc pour moi ça reste soft, j’en laisse une dose suffisamment protectrice. Je trouve ça mignon et dans l’intimité, mon avis a toujours été respecté et approuvé.

  49. Charleston dit :

    Oui Pin-up Bio, tu as raison : je vois la figure du gars, je sui dégoutée…et à peine au bout de 5 minutes j’ai envie de caresser sa jolie barbe… 😉

  50. Poutou dit :

    Juste un grand merci : mettre les mots poils et beauté dans le même article. Il fallait que quelqu’un le dise.
    Cela fait partie des révolutions douces de notre époque qui j’espère, changeront véritablement le monde et le regard de l’Homme sur l’Homme.

    J’ai eu la même réflexion que toi : si j’ai des poils par Nature, pourquoi serait-ce d’office laid et non-hygiénique ?

    L’hygiène et la beauté d’un homme ne dépendent pas de sa pilosité, et pourtant… Lorsqu’une femme en parle, ou pire, montre des poils, les réactions sont inimaginables: c’est sale, c’est dégoûtant, c’est cra-cra, préhistorique, pas doux…

    Alors qu’en vrai les réactions d’un chéri sont les suivantes, au contact :
    – épilée ou rasée de près « Hmmm c’est doux » (évidemment, avec de la crème hydratante juste après…)
    – en repousse « Ouch ça pique, il faudrait que tu te rases »
    – poils longs « C’est… C’est bizarre… Ah non j’aime pas. Il faudrait que tu te rases. C’est trop long là. »

    Conclusion, l’homme accro à la « douceur » de l’épilation va alterner les « hmmm » et les « outch », et face aux poils longs, plutôt que d’accepter des sensations différentes, nouvelles, étonnantes… vouloir revenir à ce cycle forcé.

    Cela me fait penser aux compulsions alimentaires et à tous les travers de la modernité : une sensation simple et agréable, tout de suite, sinon rien !

    J’aime beaucoup ta comparaison avec un « inspecteur des travaux finis », c’est exactement ça. Et pour celles qui ont un chéri qui déteste les poils même sur son propre corps, cela a d’autant plus de sens, du coup la caresse devient un contrôle, la sensualité est perdue…

    Tu devrais faire un article : « Comment être plus belle AVEC son chéri/sa famille ? ou Pourquoi le parcours beauté est une occasion de changer pour toute la famille ? »

    La réflexion sur la beauté est souvent vu comme un « caprice » féminin par l’entourage, une « prise de tête » inutile, superflue… et donc superficielle. En parler avec sérieux, science, et aplomb, tout en parlant de soi, de l’identité, de l’amour, cela déroute les gens.

    Pour ma part les discussions à ce sujet avec un public autre que des copines me donnent le sentiment de parler à des murs en chewing-gum mou… peu de réactions, comme si cela n’avait pas vraiment d’importance. Et puis je creuse, et finalement, on parle de politique, d’écologie, d’avenir du monde, de relations homme-femme, d’éducation…

    Et pourtant on est toujours en train de parler de beauté :
    – vêtement
    – maquillage
    – coiffure
    – épilation
    – nutrition beauté

    Ou bien de quelque chose de plus profond, derrière tout ça ? 😉
    – notre place dans le monde
    – notre regard sur soi
    – notre bien-être et celui des autres
    – que sommes-nous prêts à accepter pour « être heureux » ?
    – que sommes-nous prêts à avaler pour « continuer à vivre » ?

    Je termine en te félicitant pour ce blog sincère, féminin et avant tout beauté, qui parle des choses concrètes (faire une coloration, acheter le bon rouge à lèvres…) mais toujours des choses essentielles (s’aimer, positiver, se mettre en valeur, s’exprimer, faire de l’art, s’amuser…).

    Bonne continuation !
    Vive le véritable esprit pin-up 🙂

  51. Super article d’un blog dont je deviens accro faut bien le dire… 😉

    Personnellement, depuis deux mois je ne m’épile pas, je ne me rase plus, mais je teste le galet dépilatoire http://www.maxidemo.com/galet-depilatoire-grand-modele-c2x3160336. En gros, ça use le poil, et ça ne fait pas mal.

    ça prend un peu plus de temps que de se raser mais j’aime la démarche slow et prendre du temps pour prendre soin de moi. Pas de repousse sous-cutanée et des poils plus fins et plus clairsemés que quand on se rase.

    Jsuis plutôt pour.

    Et sinon, en effet depuis que c’est l’automne, je laisse mes jambes tranquille sous mes bas épais. Mais… j’ai pas dmandé l’avis dmon homme ;-p

  52. Fanny dit :

    Je connaissais ton blog depuis un certain temps, mais pourtant je n’avais pas réellement pris le temps de le lire en détail. Et voila que depuis quelques semaines je prends réellement le temps d’y passer, de m’arrêter sur certains articles.
    Depuis quelques mois, j’ai pris conscience du fait qu’il était important de s’aimer soi, telle que l’on est. Cela permet de voire la vie du bon côté. J’ai appris à m’aimer, à être fière de moi (tant physiquement que moralement). Et tes articles sont une vraie bouffée de confiance en soi, certaines phrases me frappent et résonnent en moi !
    Mais je m’arrête sur cet article car pour moi (dans mon « cas ») il est très difficile de s’aimer entièrement, totalement. Je souffre d’une maladie qui ne soigne pas (syndrome des ovaires polykystiques), on peut seulement en atténuer les désagréments par le biais de traitement bien chimiques (que je refuse de prendre). Je souffre d’une pilosité importante (sur l’ensemble du corps dont le visage..) qui entraîne des cicatrices (car je m’épile) et une peau abimée, que je cache sous du maquillage.. J’ai appris à m’aimer, à aimer mon corps avec ses formes, mais cette pilosité omniprésente et les cicatrices qui vont avec me font perdre ma confiance en moi.. Il est d’ailleurs pour moi impensable de ne pas s’épiler.. (mes poils sont noirs et drus..)

    Qu’en penses-tu ? Comment s’aimer totalement quand on rejette toujours une partie de soi (ma pilosité) ?
    Et pour toutes les lectrices dans mon cas, comment faîtes-vous pour vous aimer avec cette maladie ? (« heureusement » ce syndrome entraîne chez moi uniquement cette forte pilosité..)

  53. […] train de lire plusieurs articles parlant de l’épilation comme celui d’AntigoneXXI,de pin up bio , d’écho vert, de Kolibri et j’ai vu la vidéo de Solange te parle, pour ne citer […]

  54. Anna dit :

    Très bon article ! Je fais la même chose que toi !

  55. Lola dit :

    Moi j’ai eu une remarque de 2 filles avec qui j’étais en formation ; je montais les escaliers et elles étaient derrière moi ; l’une a dit : »oula elle a les jambes bien poilues » et l’autre qui répond : »pour Noël, on va lui offrir un rasoir alors ! » . Ce jour là j’avais un bas qui dévoilait mes mollets.J’ai tenté le rasage (je ne suis pas habituée à la cire) tous les jours, je me jurais de raser le moindre poil ; et puis y a la flemme ; je me rasais uniquement si les poils dépassait de 1 centimètre ; mais j’ai vu les nombreuses lésions sur ma peau ; aujourd’hui j’ai pas mal de points noirs très moches et à l’aspect inquiétant ; l’effet de chair de poule ; franchement : je me suis dit non, stop ; certes dans la société dans laquelle on vit c’est pas facile de se dresser face au diktat de la beauté avec ses poils et son « tout naturel » ; mais on peut trouver des compromis : on est pas 24/24 h ni seconde par seconde confronté au regard des autres ; on ne marche pas entièrement dévêtu ; alors on peut se permettre de laisser le naturel de notre corps s’exprimer de temps en temps : sueur, poil, etc Ca ne tue pas son monde de les laisser apparaître quelque moment. Je suis d’avis de dire que si notre corps en a c’est que ça serve à quelque chose ; mon compromis c’est de laisser mes poils pousser quelque temps et de ne raser qu’en cas de besoin ; je porte des bas courts ou mi longs à quelques jours d’intervalles et je ne me rase que quand je planifie une semaine au cours de laquelle j’en porterai ou quand j’ai de grandes soirées ou un rendez-vous. Le reste du temps, je laisse ma peau tranquille.
    Pour les odeurs, désolée, mais j’ai eu des remarques sur des odeurs corporelles venant de moi alors que je me rasais tout le temps ! Et un fois on m’a dit que je sentais bon alors que j’avais des poils sous les bras ; si on a des odeurs ce n’est pas nécessairement dû (qu’) au poil

La discussion est terminée, à bientôt !